mis à jour le

Procès du putsch manqué au Burkina: début des interrogatoires le 6 avril

Les interrogatoires des 84 accusés dans le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso commenceront le 6 avril prochain, après des débats de procédures qui ont émaillé sa progression.

"Nous allons observer une suspension pour une reprise le vendredi 6 avril 2018 avec l'interrogatoire des accusés," a déclaré le président de la chambre de jugement du tribunal militaire, Seydou Ouédraogo.

Vendredi, les avocats de la défense ont décidé de se "retirer" de l'audience, après le rejet par le tribunal de plusieurs listes de témoins, dont celles présentée par les principaux accusés, les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé.

Le tribunal avait procédé à la lecture de l'arrêt de renvoi et de mise en accusations des inculpés, un document de 200 pages, en absence de la quasi-totalité des avocats de la défense.

"Une importante étape a été franchie avec la lecture de l'arrêt de renvoi et de mise en accusation, les choses véritablement sérieuses vont commencer", s'est réjoui Me Séraphin Somé, l'un des avocats de la partie civile.

La défense souhaite notamment voir comparaître le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, l'ancien président de la transition, Michel Kafando, l'ancien Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, des diplomates ainsi que des autorités coutumières et religieuses.

La défense aimerait aussi entendre les présidents sénégalais Macky Sall, nigérien Mahamadou Issoufou et l'ancien chef d'État béninois, Yayi Boni, qui avaient effectué des missions de l'Union africaine dans le pays pendant la crise.

Le tribunal a rejeté des demandes de mise en liberté provisoire, déposées par quatre prévenus pour des "raisons sociales et ou de santé", les jugeant "mal fondées".

Au total, 84 accusés sont jugés dans cette affaire, dont les généraux Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup d'État manqué, qui a fait 14 morts et 270 blessés.

Le 16 septembre 2015, des soldats du régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute du président Blaise Compaoré. Le RSP était la garde prétorienne de Compaoré, chassé le 31 octobre 2014 par la rue après 27 ans au pouvoir.

Le général Diendéré, qui avait pris la tête du coup d'Etat, et les autres personnes poursuivies sont accusés d'attentat à la sûreté de l'État, meurtres, coups et blessures volontaires.

procès

AFP

Procès des leaders séparatistes au Cameroun: les accusés récusent leur nationalité camerounaise

Procès des leaders séparatistes au Cameroun: les accusés récusent leur nationalité camerounaise

AFP

Procès du putsch au Burkina: Djibrill Bassolé plaide non coupable

Procès du putsch au Burkina: Djibrill Bassolé plaide non coupable

AFP

Procès du putsch au Burkina: la défense de Diendéré dénonce une instruction "

Procès du putsch au Burkina: la défense de Diendéré dénonce une instruction "

putsch

AFP

Gabon: de nombreuses interrogations après un putsch raté

Gabon: de nombreuses interrogations après un putsch raté

AFP

Gabon: au lendemain du putsch raté, les autorités saluent le "professionnalisme" des forces de sécurité

Gabon: au lendemain du putsch raté, les autorités saluent le "professionnalisme" des forces de sécurité

AFP

Procès du putsch au Burkina: Diendéré demande pardon aux victimes

Procès du putsch au Burkina: Diendéré demande pardon aux victimes