SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - Le calendrier nu des féministes du monde entier

Pour célébrer la journée internationale de la femme, des feministes du monde entier ont posé nu dans un calendrier pour défendre les droits et la liberté des femmes. Un hommage à Aliaa Magda Elmahdy, la jeune blogueuse égyptienne qui avait fait sensation dans le monde arabe en publiant sur la toile des photos nues d'elle-même pour protester contre la discrimination sexuelle dans l'islam, rapporte l’International Business Times.

L’idée, annoncée en décembre dernier est de l’activiste iranienne Maryam Namazie, installée à Londres, porte-parole  d'Equal Right Now, une organisation humanitaire pour la défense des droits des femmes basée à Téhéran. Elle explique sur son blog que ce calendrier est lancé pour se joindre «aux cris d'Aliaa Elmahdy contre une société de la violence, raciste, sexiste et où le harcèlement sexuel et l'hypocrisie sont la règle».

«L'islamisme et la droite religieuse sont obsédés par le corps des femmes», a déclaré Namazie.

«Ils exigent de nous d’être voilées, entravées  et bâillonnées. Dans ce contexte, briser des tabous en posant nues est une forme importante de résistance» ajoute-t-elle.

Sur le blog de Maryam Namazie, la blogueuse Emily Dietle rappelle que «si personne n'avait jamais pris des positions fortes contre la misogynie et pour la liberté d'expression, nous serions encore à une époque où montrer ses chevilles est tabou» rapporte International Business Times.

Le calendrier a été conçu par Sonya JF Barnett, la fondatrice de SlutWalk Toronto:

«Je sentais que les femmes avaient besoin d'être solidaires avec Aliaa. Il faut beaucoup de courage pour faire ce qu'elle fait (…) . Elle avait besoin de savoir qu'il y a d'autres femmes comme elle, prêtes à repousser les limites imposées par la société pour exprimer leur indignation».

 D’autres féministes célèbres ont rejoint l'initiative à l’image de la journaliste américaine Saskia Vogel et de l'Ukrainienne Alena Magelat, figure des activistes Femen ou encore d’Amanda Brown, fondatrice du mouvement We Are Atheism.

Pour Saskia Vogel, cette initiative ne concerne pas seulement les femmes du monde arabe.

«La société a une relation perverse avec la nudité féminine, et je pense spécialement à ce qui se passe aux Etats-Unis en ce moment», explique-t-elle.

«Nous devons être capables d'entretenir une relation plus saine avec la nudité, et donc, par extension, avec la santé et la sexualité des femmes.»

En Iran, un groupe de femmes ont posté sur YouTube une vidéo encourageant le lancement du calendrier

Au plus fort de la polémique qu’elle avait suscité, Aliaa Magda Elmahdy assurait n'avoir rien fait de transgressif en posant nue, mais seulement s'être inspirée «des modèles nus qui posaient à la faculté des Beaux-Arts du Caire dans les années 1970».

«Regardez-vous dans un miroir, avait-elle écrit sur son blog. Pourquoi détestez-vous votre corps? Vous devez avoir un problème avec votre sexualité.»

«Le calendrier reprend les codes couleur de la photo originale d'Aliaa Magda Ehmahdy, noir, blanc et rouge. Chaque femme lance un slogan comme "je suis là pour être célébrée, pas censurée" pour Sonya Barnett», rapporte Next, Libération.

Lu sur International Business Times

A lire aussi

Egypte - La blogueuse qui fait sa révolution nue

Les islamistes à l'épreuve du bikini

Théâtre: Neuf femmes, une cigarette et un hammam