SlateAfrique

mis à jour le

Guinée - Dadis Camara soutient-il réellement le président Alpha Condé?

On l’avait quelque peu oublié. Depuis son exil forcé de Ouagadagou au Burkina Faso, le volubile capitaine guinéen Moussa Dadis Camara refait surface à travers une interview fleuve qu’il accorde à l’Observateur Paalga.

Entre sincérité revendiquée et non-dits, Dadis revient sur sa parenthèse présidentielle en Guinée (2008-2009) et, surprise, affirme son soutien à l’actuel président Alpha Condé.

Costume-cravate couleur gris métallisé, Dadis a de l’embonpoint sur la photo de l’interview. Depuis sa résidence de la Villa des Hôtes de Ouaga 2000, l'ex-homme fort de Conakry prend ses aises dans la capitale burkinabè où il a «retrouvé une nouvelle vie».

Loin le temps où à Conakry il haranguait les foules, clouant au piloris hommes politiques, commis de l’Etat, diplomates étrangers ou simples citoyens dans des célèbres shows télévisés rebaptisés «Dadis Show». L’ex-président du Conseil National pour la Défense et la Démocratie (la junte qu’il commandait), se veut sage et clairvoyant, un «ancien président» au-dessus de la mêlée.

Il ne le réussit pourtant pas en affichant, sans ambages, son soutien à l’actuel président guinéen, Alpha Condé dont il cite le nom pas moins de 13 fois.

«Aujourd’hui, avec le processus qui se déroule dans mon pays, j’apporte mon soutien au président Alpha Condé.» dit-il.

Dadis explique la raison de ce soutien par le programme de société du candidat Alpha Condé. «Quand j’ai vu le programme du président Alpha Condé, j’ai trouvé que c’était un bon programme pour sortir la Guinée de l’ornière» explique-il avant d’ajouter :

 «Ce n’est pas que le président Alpha Condé m’y ait financièrement intéressé, mais qu’il est celui qui peut aujourd’hui faire avancer le pays».

Il rappelle cependant que «lorsque j’étais au pouvoir, je peux vous dire qu’Alpha Condé était l’opposant avec qui je m’entendais le moins».

En clair, Dadis Camara ne portait pas Alpha Condé dans son cœur. Dans un entretien télévisé qu’il a accordait à Télésud en 2010 et dont la vidéo ci-dessous avait fait le buzz, Dadis Camara traitait l’actuel président de l’homme le plus «rusé, dangereux, perturbé et méchant».

Votre soutien à Alpha contre votre retour en Guinée? questionnel le journal. Dadis Camara qui dit ne pas savoir «louvoyer» nie catégoriquement et met en avant sa «sincérité» de «toujours». 

Arrivé au Burkina Faso le 12 janvier 2010, son avion s’est posé à l’aéroport de Ouagadougou en provenance de Rabat, où il suivait des soins intensifs depuis le 4 décembre 2009, Dadis Camara, se plait bien au pays des Hommes Intègres (surnom du Burkina Faso).

 « Je suis au Burkina Faso, et je m’y sens tout aussi bien. Le Faso est ma seconde patrie. Je me sens à l’aise au Burkina, peut-être même mieux qu’en Guinée ».

Il ne nie pas pratiquer la chasse ou aller en boîte pour esquisser quelques pas de danse et se borne à expliquer que «je vis normalement à Ouagadougou, et si ce que les gens disent est vrai, c’est que je mène normalement ma vie ; une vie que je n’aurais pas pu mener si j’étais toujours président de la Guinée».

Autre révélation de l’interview, le divorce entre Dadis et son ami le général Sékouba Konaté est consommé. Celui-ci avait été nommé président de la transition à l’issue des accords de Ouagadougou en janvier 2010 après la tentative d’assassinat sur la personne de Dadis par son aide de camp, Aboubacar Diakité dit «Toumba». Dadis confirme que Sékouba était tenté souvent de l’arrêter pendant qu'il était au pouvoir. «C’était son intention», confirme-t-il.

Mais, «s’il avait tenté quoi que ce soit contre moi, il en serait sorti perdant parce que sa force de frappe se résumait à une petite section basée à Macenta».

Cité dans de nombreux rapports dont celui de l’ONU comme étant le principal instigateur du massacre du 28 septembre 2009, Dadis nie encore une fois toute implication et dit «n’accuser personne non plus». 

Lu sur L'Observateur Paalga

A lire aussi

Guinée - Un ministre qui tombe pour le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry

Guinée: la fin de l'impunité a-t-elle sonné?

Guinée - Faya Millimono, l'opposant au président qui fait de la politique en vers