mis à jour le

Burkina: audience du putsch manqué de 2015

L'audience du procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso a une nouvelle fois été suspendue cette fois jusqu'au 26 mars, pour permettre au tribunal notamment de statuer sur une demande de récusation des magistrats, a constaté un journaliste de l'AFP.

Entamé le 27 février, le procès va de suspension en suspension et n'a toujours pas commencé à examiner le fond du dossier.

"L'audience est suspendue et reprendra lundi 26 mars à 8h30", a déclaré le président du tribunal Seydou Ouédraogo.

A la reprise du procès, le juge entendait statuer sur les demandes d'exception et les préalables produits par la défense depuis l'ouverture du procès le 27 mars, ce qu'ont refusé les avocats qui exigent que le tribunal se prononce d'abord sur leur demande de récusation.

"Nous avons eu des motifs de récusation des membres du tribunal, nous estimons qu'à partir de cet instant, le tribunal devait se prononcer préalablement sur les motifs soulevés par la défense", a déclaré Me Rodrigue Bayala, un des avocats de la défense.

"Nous ne sommes pas venus dans ce procès pour jouer au blocage, au sabotage, nous sommes venus pour que le procès avance parce que le peuple burkinabè attend beaucoup de ce procès pour savoir ce qui s'est réellement passé", a assuré Me Bayala,

"Nous refusons que des personnes, qui sont accusés de faits très graves, estiment être en position de force de prendre des juridictions en otage", a déclaré de son côté Me Prosper Farama, un avocat de la partie civile.

Mercredi, à la reprise du procès Me Christophe Birba, un des avocats de Gilbert Diendéré avait introduit une demande de récusation du président du tribunal Seydou Ouédraogo, aux motifs qu'il a déjà travaillé sur ce dossier en 2016. 

Au total, 84 accusés sont jugés dans cette affaire, dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup d'État manqué qui a fait 14 morts et 270 blessés. 

Le 16 septembre 2015, des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute du président Blaise Compaoré. Le RSP était la garde prétorienne de Compaoré, chassé le 31 octobre 2014 par la rue après 27 ans au pouvoir.

Le général Diendéré, qui avait pris la tête du coup d'Etat, et les autres personnes poursuivies sont accusés d'attentat à la sûreté de l'État, meurtres, coups et blessures volontaires.

Le général Djibrill Bassolé, ancien ministre des Affaires étrangères de l'ex-président Blaise Compaoré, est poursuivi pour "trahison" sur la base de l'enregistrement d'une conversation téléphonique qu'il aurait eue avec le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, dans laquelle celui-ci semble affirmer son soutien au putsch de septembre 2015.

Mars

AFP

Le pape François se rendra au Maroc les 30 et 31 mars

Le pape François se rendra au Maroc les 30 et 31 mars

AFP

Afrique du Sud: le fils de Jacob Zuma jugé en mars pour homicide involontaire

Afrique du Sud: le fils de Jacob Zuma jugé en mars pour homicide involontaire

AFP

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

nouveau

AFP

RDC: neuf civils tués dans un nouveau massacre des ADF

RDC: neuf civils tués dans un nouveau massacre des ADF

AFP

Sahara occidental: nouveau rendez-vous pris pour début 2019

Sahara occidental: nouveau rendez-vous pris pour début 2019

AFP

Angola: nouveau bras de fer entre l'ex-président dos Santos et son sucesseur

Angola: nouveau bras de fer entre l'ex-président dos Santos et son sucesseur

putsch

AFP

Procès du putsch au Burkina: la défense de Diendéré dénonce une instruction "

Procès du putsch au Burkina: la défense de Diendéré dénonce une instruction "

AFP

Procès du putsch au Burkina: Diendéré demande pardon aux victimes

Procès du putsch au Burkina: Diendéré demande pardon aux victimes

AFP

Procès du putsch au Burkina: Diendéré met en cause les chefs de l'armée

Procès du putsch au Burkina: Diendéré met en cause les chefs de l'armée