mis à jour le

Image des trois Européens enlevés à Tombouctou le 25 novembre 2011 AFP/AGENCE NOUAKCHOTT INFORMATIONS
Image des trois Européens enlevés à Tombouctou le 25 novembre 2011 AFP/AGENCE NOUAKCHOTT INFORMATIONS

AQMI et ses rançons à 100 millions d'euros (1/3)

Spécialiste du Mali, Serge Daniel vient de publier «AQMI, l'industrie de l'enlèvement» aux Editions Fayard. Il analyse pour Slate Afrique les raisons de l'expansion d'Al Qaïda au Maghreb Islamique.

Mise à jour du 21 décembre 2012: Un ingénieur français a été enlevé le 19 décembre au soir dans le nord du Nigeria par un groupe d'assaillants alors qu'il dormait dans sa résidence dans la ville de Rimi, à 25km de la capitale de l'Etat de Katisna, frontalier du Niger. Selon le président François Hollande a déclaré aujourd'hui que ses ravisseurs Nigeria sont sans doute en lien avec Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) ou les groupes qui sont aujourd'hui au Mali.

*****

SlateAfrique - Vous venez de publier «Aqmi, l'industrie de l'enlèvement» (Ed. Fayard). Qu’est ce qui a poussé le journaliste (correspondant de RFI et l’AFP à Bamako) à effectuer un travail de long cours sur le sujet des enlèvements au Mali?

Serge Daniel - Je ne suis pas spécialiste, je suis familier de la région. Je travaille sur le sujet depuis dix ans. Et j'enquête pour ce livre depuis quatre ans. La première prise d’otage, c’était en 2003. Aqmi (Al-Qaïda Maghreb islamique) avait enlevé une vingtaine d’otages en Algérie. L’armée algérienne était intervenue pour libérer certains otages et les autres avaient été envoyés au Mali. A l’époque je m’étais rendu à Gao (nord du Mali) pour accueillir les otages libérés. Les autorités avaient envoyé tous les chefs régionaux du Nord du Mali pour aller négocier avec les ravisseurs, le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC).

L’Allemagne avait payé 5 millions d’euros pour la libération de ses ressortissants. Je me souviens de la libération des otages. Tout le monde était à Gao pour les accueillir. Ils sont arrivés et tout le monde applaudissait comme si le Mali venait de gagner la coupe d’Afrique. Sauf que le Mali venait de mettre le doigt là où il ne fallait pas. Lorsque le Mali a accepté de négocier, cela a engendré un appel d’air.

Les ravisseurs ont compris que s’ils enlevaient des hommes dans la région du sahel et qu’ils les emmenaient au nord du Mali, les pays d’origine des otages allaient tout de suite appeler le gouvernement malien pour négocier. L’industrie de l’enlèvement commence là. Il y a un vernis idéologique. Ce sont des gens qui prient, qui veulent imposer la charia (loi islamique). Mais la différence avec al-Qaïda, c’est cette industrie de l’enlèvement.

Le Mali a eu tort d’engager des négociations en 2003 pour libérer des otages. Au Mali, on ne refuse rien aux amis, surtout aux Occidentaux.

On donne l’impression que seuls les Maliens profitent des prises d’otage. Mais des personnes extérieures du Mali viennent négocier la libération d’otage. Le Mali ne devait pas en 2003, sous la pression des Occidentaux, accepter de négocier la libération des otages.

SlateAfrique - De par l’ampleur des rançons, n’importe qui peut être tenté d’organiser un enlèvement et de revendre les otages à Aqmi?

Serge Daniel - C’est ce qui s’est passé en novembre dernier à Hambori dans le nord du Mali avec les deux Français enlevés. Le sous-traitant est un jeune Touareg qui habitait dans le même hôtel qu’eux. Il savait qu’il allait recevoir 20 millions CFA (30.500 euros) s’il faisait en sorte que les deux Français soient enlevés. Puisqu’ils savent qu’il y a de l’argent à gagner, des Maliens en font parfois leur métier.

SlateAfrique - Etant fréquemment sur le terrain, n’êtes-vous pas en danger? Le correspondant de RFI et de l’AFP ne pourrait-il pas avoir une valeur marchande?

Serge Daniel - Non parce que je suis noir. Il est vrai, je travaille pour la puissance étrangère. Quand ils ont enlevés les gens d’Areva (au Niger), ils ont libéré le Togolais et le Malgache. Il n’y a pas de risque zéro quand on travaille dans la région.

Aqmi a réussi plusieurs choses dans la zone. Il voulait rendre la zone infréquentable. C’est fait. Il n’y a plus de touriste. C’est un coup dur porté à l’économie. Ils voulaient qu’on parle d’eux. C’est fait.

Il souhaite créer un émirat dans la zone. Ils sont en train de créer une jonction avec Boko haram au Nigeria.

SlateAfrique - Avec ces enlèvements, le Mali est d’avantage médiatisé. Certains acteurs de la crise n’en tirent-ils pas un avantage certain?

Serge Daniel - Avec ces enlèvements, le Mali gagne en notoriété, en importance dans la région. Lorsqu’il y a eu les otages allemands, tous les journaux allemands m’appelaient. J’avais été invité en Allemagne. Une visite d’Etat a été organisée. On venait de faire ce qu’il ne fallait pas faire. On bombait le torse. C’était une horreur. L’erreur vient de là. A partir de ce moment-là, des gens se disent que ça marche. On fait du nord du Mali, un entrepôt d’otages. Dès que l’on affirme que les otages sont dans le nord du Mali, les Suisses, les pays occidentaux appellent le gouvernement malien.

Les membres d’Aqmi ne sont pas des enfants de cœur. Ce sont des tueurs. Ils ont un sang-froid. Ils sont organisés dans les saharia, petites unités locales. Ils balayent toute la zone. La force d’Aqmi, c’est le renseignement. Quand tu vas dans un cyber à Nouackchott (capitale de la Mauritanie), tu peux voir des jeunes regarder des vidéos d’Aqmi: les meurtres, les prêches… Il y a ce surchauffage de cerveaux. Ils pensent qu’ils vont rejoindre le Paradis… La guerre en Irak n’a pas fait du bien en Afrique.

SlateAfrique - Dispose-t-on d’informations récentes sur les otages français?

Serge Daniel Les otages, tant qu’il n’y a pas d’ultimatum, la vie des otages n’est pas en danger. Quand il y a un premier ultimatum, ça commence à devenir sérieux. Et quand ils envoient l’ultimatum, on le sait deux semaines avant. Pour l’instant il n’y a pas d’ultimatum pour les otages français enlevés par Aqmi.

Ce sont des boucliers humains, car à un moment on pensait que la France pouvait intervenir militairement. Les otages peuvent également s’inviter dans un débat de politique intérieure. Pendant une élection, entre les deux tours, on libère un otage, cela peut profiter à un candidat. On tue un otage, cela peut profiter à un autre candidat.

Sinon, le magot est là, entre 90 et 100 millions d’euros. Areva et Vinci seraient prêts à payer une rançon. Mais la France a dit qu’elle ne payait pas. Les autorités françaises ne veulent pas s’en mêler. Mais ces deux sociétés sont prêtes à payer. Un accord devait être conclu le mois dernier mais malheureusement ça ne s’est pas fait. Une personne d’Areva a rencontré plusieurs fois les terroristes. On lui a tiré dessus au nord du Mali. C’était le dernier round des négociations. Aujourd’hui, il faut reprendre contact.

Par ailleurs, Aqmi veut être sûr de récupérer l’argent. Il faut qu’il ait le temps de récupérer les billets. Ils ont des machines avec eux pour vérifier si ce sont de vrais euros. C’est la plus grosse rançon demandée depuis le début des enlèvements dans la région. On a commencé avec 5 millions d’euros en 2003. On finit avec 100 millions d’euros.

S’ils obtiennent effectivement 100 millions d’euros, ils vont sortir un plan B. C’est énorme 100 millions d’euros. L’intervention française en Libye a coûté 300 millions d’euros.

Avec ces  100 millions, ils vont acheter des bombes qui vont faire mal et passer à une autre phase, l’implantation du djihad dans le Sahel. Il n’y a pas d’al-Qaïda poète, ce sont des mathématiciens.

Je suis contre le paiement de ces énormes rançons. Les intermédiaires sont de plus en plus nombreux. Il y a deux types de médiateurs, ceux qui touchent et ceux qui n’ont pas besoin de toucher l’argent des rançons. Je connais des médiateurs qui ont leurs enfants dans des écoles françaises à 14.000 euros par an. Les Algériens ont raison de ne pas accepter de payer des rançons. 100 millions pour libérer 4 otages!

SlateAfrique - Que vont-ils faire avec 100 millions d’euros?

Serge Daniel - Les terroristes d’Aqmi veulent une ville témoin, où ils pourront s’implanter rapidement. Ils aspirent au pouvoir politique au Mali. Le Mali est très pauvre. Il n’y a pas de minimum vital. A deux mois des élections, des hommes politiques «vaccinent à l’aspirine de sang» (versent des pots de vin) aux leaders religieux. Ça fait mal.

La plupart des Maliens n’ont pas une soupe pour le soir. Et on leur propose un poulet. Tout ce qu’on te demande avant d'avoir le poulet, c’est de prier. Tu pries doublement pour avoir deux poulets.

Propos recueillis par Nadera Bouazza et Pierre Cherruau

Lire aussi la deuxième partie de l'interview: Pourquoi l'Algérie reste incontournable

Lire aussi la troisième partie de l'interview: la France et le Mali divergent sur Aqmi et la rébellion touareg

A lire aussi

Le Mali et la Mauritanie s'associent contre les terroristes d'Aqmi

Aqmi, multinationale de l'enlèvement

Aqmi, rebelles touaregs, même combat?

Les 10 pays les plus dangereux d'Afrique

Le Sahel de tous les dangers

Nadéra Bouazza et Pierre Cherruau

Nadéra Bouazza et Pierre Cherruau

Ses derniers articles: «Hollande écoute tout le monde mais décide tout seul»  «L'Algérie n’est pas une société fondamentaliste»  Khadra: «Les Algériens ne croient plus en rien» 

Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika

Reste à savoir comment il va prêter serment

Reste à savoir comment il va prêter serment

présidentielle algérienne

Et c'est reparti pour cinq ans (en théorie)

Et c'est reparti pour cinq ans (en théorie)

Présidentielle algérienne

Bouteflika en passe d'être réélu sur un fauteuil roulant

Bouteflika en passe d'être réélu sur un fauteuil roulant

Amadou Toumani Touré

paroles d'expert

Au Mali, la guerre n'est pas finie

Au Mali, la guerre n'est pas finie

Nord-Mali

L'opération Serval et les risques de guérilla

L'opération Serval et les risques de guérilla

Mali

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Aqmi

Otages français

Il est officiellement le dernier otage français au monde

Il est officiellement le dernier otage français au monde

AFP

Aqmi tire l'essentiel de ses fonds des rançons, selon un diplomate américain

Aqmi tire l'essentiel de ses fonds des rançons, selon un diplomate américain

Petite compta

La liste des courses des djihadistes d'Aqmi

La liste des courses des djihadistes d'Aqmi