SlateAfrique

mis à jour le

Ces internautes sénégalais qui veulent sauver la démocratie

Les blogueurs sénégalais auront veillé jusqu’à tard cette nuit. Pour la présidentielle de ce 26 février, ces mordus d’Internet ont été particulièrement présents sur la Toile. A travers un livetweet soutenu,  les  utilisateurs de Twitter (les Twittos) et  Facebook ont chauffé à blanc la Timeline (journal) de ces deux réseaux sociaux.

Après le terrain ces dernières semaines, c’est sur Internet que s’est déplacée la campagne présidentielle sénégalaise qui a culminé avec le vote de ce dimanche.

Sur le site de microbloging Twitter, le nouveau hashtag  #sunu2012 fait un tabac. Tout comme son ainé  #kebetu. Pour espérer se faire lire sur Twitter concernant notamment la présidentielle, ces deux mots-clés sont incontournables. #sunu2012 qui signifie « élection de 2012, notre cause » en langue Wolof, a été spécialement créé pour suivre le scrutin. Il constitue maintenant une plateforme de veille permanente et 100% citoyenne, donnant naissance à un blog, une page Facbook et une "chaine" sur YouTube crées par l’Association des blogueurs du Sénégal que préside @basileniane.

Très inspirés, les blogueurs, journalistes et web-activistes sénégalais ont traduit Twitter en wolof par #kebetu. Ce mot-clé « représente à lui seul un sésame d'entrée dans la conscience twitosphérique d'internautes, de journalistes et de blogueurs qui s'inscrivent sur la voie des e-médias pour y faire exister le Sénégal », comme l’écrit le blog  Citizen Nantes.

Après le vote par exemple, il était possible de suivre le dépouillement des bulletins par bureau de vote à travers ces deux hashtags.

Pour le blogueur Basile Niane : « Jamais une élection au Sénégal n'a eu autant d'engouement à travers les réseaux sociaux. Personne ne peut voler ces élections", dit-il. Parce qu'on est là. Notre pouvoir, c'est de veiller et de dire aux gens : ça c'est une mauvaise information, ça c'est une bonne information. Même s'ils n'ont pas accès à l'Internet, les téléphones portables sont là. Nous sommes en Afrique et nous allons sauter des étapes ».

Rarement une élection dans un pays de l’Afrique de l’Ouest aura suscité un si grand intérêt sur les médias sociaux et pour les médias tout court.

En effet, de nombreux portails d’informations pour suivre la campagne et « sécuriser le vote des Sénégalais » ont été créés par de simples citoyens. Une preuve de la « vitalité sénégalaise sur Internet [à  cause de] la qualité de la connexion généralement bonne », selon le site de l’émission l’Atelier des médias de RFI qui, en collaboration avec France24, a mis en place un blog spécial pour suivre le scrutin du dimanche.

Des médias sociaux disposant d’une réelle force de frappe que tempère tout de même le célèbre Blogueur du Monde, Francis Pisani dans son blog Winch5 : « l'information accessible sur l'internet joue un rôle "important mais pas décisif".». Sulement un peu plus de 15% des 12,6 millions des Sénégalais ont accès à Internet.  

Lu sur sunu2012, Citizen Nantes, Atelier des Médias, Winch5, Sénégal Election 2012

A lire aussi: 

Facebook au cœur de la contestation sénégalaise

Sénégal - L'Afrique Enchantée décrypte les élections électriques 

Pourquoi les Sénégalais sont en colère   

Révolutions 2.0 ou aubaine marketing? 

Le flop 5 des dirigeants africains les moins connectés