SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Les jeunes goûtent à la dérision sur Internet

Véritable phénomène de la culture web populaire les «mèmes Internet» explosent sur la Toile tunisienne.

«Simple plaisanterie pour les uns, véritable mode d'expression pour les autres, les Tunisiens s'en emparent jusqu'à l'excès. Créativité, spontanéité et humour, font leur succès» relate le site Tekiano.com.

Depuis la catharsis qu’a connu Internet avec la révolution, les Tunisiens découvrent ainsi les joies de la dérision numérique.

Selon Wikipedia, le terme «mème Internet» est utilisé pour décrire «un élément, un phénomène, repris et décliné en masse sur Internet». Une photo montée, une vidéo mixée, une expression détournée, le «mème» c'est la culture populaire Internet, basée sur le lol et le lulz (l'équivalent méchant du lol). Le secteur publicitaire en a saisi la portée, notamment aux Etats-Unis où la nouvelle génération accro au web en est très friande. «Ce sera peut-être le cas bientôt en Tunisie» prophétise Tekiano.com.

Au pays du Jasmin, une multitude de «mèmes» à la sauce tunisienne fleurissent allant du Lolcat aux trolls. Pour @Fhtagn_, créateur de Jasmeme Revolution, première plateforme collaborative de «mèmes» en Tunisie, les «mèmes» locaux se composent de deux grandes catégories: La première, des créations originales, que ce soit en réactions à l'actualité mettant en scène des politiques, des célébrités locales ou simplement associés à un humour et des jeux de mots typiquement tunisiens ; la deuxième, des pastiches de vidéo, pour la plupart anglo-saxonnes, en dialecte tunisien piqués sur le net.

«Mine de rien, cette deuxième catégorie, malgré le fait que ses auteurs s'attribuent le mérite de l'humour volé, a contribué à davantage populariser les "mèmes" auprès des internautes tunisiens, qui s'aventurent rarement hors de Facebook, et qui depuis, ont commencé à naviguer sur le cyberespace, loin de leurs centres d’intérêts», commente Tekiano.com

Lu sur Tekiano.com

A lire aussi

Facebook, un réseau social qui progresse à grande vitesse en Afrique

Tunisie: pornographie, la Toile se libère

Le collectif Dégage révèle sa révolution