mis à jour le

Surnommé The Big Easy, le sud-africain Ernie Els a remporté trois tournois du grand chelem. REUTERS/Ben Nelms.
Surnommé The Big Easy, le sud-africain Ernie Els a remporté trois tournois du grand chelem. REUTERS/Ben Nelms.

Golf: les Sud-africains savent aussi swinguer

En Afrique du sud, sport ne rime pas toujours avec Bafana Bafana ou Springboks. Outre le foot et le rugby, le golf occupe une place de choix.

Il y a quelques jours, Jbe Kruger a remporté le tournoi de golf de New Delhi, étape du PGA European Tour, le circuit européen. Contrairement à celui du tennis, le circuit du golf professionnel peut être difficile à suivre pour le spectateur lambda dans la mesure où il est plus ou moins divisé en trois zones géographiques indépendantes, américaine, européenne et asiatique. Parfois, il est malaisé de «comprendre» pourquoi une épreuve organisée en Inde peut bien faire partie du circuit européen comme, d’ailleurs, des tournois joués à Dubaï ou Doha.

Jbe Kruger est un jeune joueur sud-africain de 25 ans qui n’avait jamais gagné à ce niveau de la compétition. Il rejoint ainsi le bataillon triomphant des compétiteurs de ce pays, habitué aux honneurs sur tous les parcours de la planète.

Une nation dominante

En effet, l’Afrique du Sud est une nation majeure du golf qui collectionne 21 titres du Grand Chelem. En comparaison, la France n’en a conquis qu’un seul et c’était il y a plus d’un siècle. Seuls les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont fait mieux que l’Afrique du Sud.

Bobby Locke, première grande figure du golf sud-africain, a remporté quatre British Opens entre 1949 et 1959. Gary Player fut ensuite le plus en vue, et de loin, avec neuf tournois du Grand Chelem à son actif dont le premier enlevé au Masters en 1961 -il fut le premier champion étranger à s’imposer sur le mythique parcours d’Augusta aux Etats-Unis.

Après lui, Nick Price, né à Durban, a gagné trois majeurs dans les années 90 et est devenu n°1 mondial pendant 44 semaines, mais le fait d’avoir embrassé la nationalité zimbabwéenne au cours de son enfance l’exclut des statistiques sud-africaines.

Depuis le début des années 2000, les joueurs sud-africains se sont littéralement déchaînés grâce à Ernie Els (trois majeurs) et Retief Goosen (deux) qui ont précédé la jeune «cavalerie» emmenée par Trevor Immelman, vainqueur du Masters en 2008, Louis Oosthuizen, consacré au British Open en 2010, et Charl Schwartzel, au bonheur d’un succès au Masters en avril dernier.

Actuellement, ils sont neuf Sud-africains parmi les 100 premiers du classement mondial. Les femmes rencontrent, elles, moins de succès, Sally Little, devenue américaine en 1982, restant leur figure de proue.

Des pionniers du golf

Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer cette réussite au plus haut niveau dans un pays qui ne représente qu’un infime pourcentage des quelque 70 millions de golfeurs qui tiendraient un club dans le monde (160 000 joueurs y sont comptabilisés).

D’abord, il y a une longue tradition de joueurs en Afrique du Sud puisque le premier club qui ouvrit ses portes fut le Royal Cape Golf Club au Cap dès 1885 alors que le sport fut seulement introduit aux Etats-Unis en 1887. Créé en 1893, l’Open d’Afrique du Sud est le deuxième plus vieux tournoi national après le British Open.

La qualité des parcours, parmi lesquels Fancourt Links, Leopard Creek, Pearl Valley, Sun City et le Durban Country Club mondialement connus et qui, pour certains d’entre eux, ont été dessinés par Gary Player devenu l’un des architectes les plus réputés, a fait la réputation d’un pays où il est pratiquement possible de jouer toute l’année –autre avantage qui peut expliquer le niveau du golf dans cette contrée où 400 terrains sont recensés.

Il existe enfin un véritable désir de transmission à travers les générations à l’instar de la fondation mise sur pied par Ernie Els afin de promouvoir les jeunes talents sud-africains en leur donnant les moyens de progresser. Schwartzel et Oosthuizen, adolescents, ont ainsi bénéficié de l’aide de l’ancien n°1 mondial pour se frayer un chemin vers le haut niveau.

Le Sunshine Tour, un circuit secondaire spécifiquement organisé depuis la fin des années 60 et dédié à l'Afrique du Sud, est un autre facteur de la pérennité du golf sur ce territoire sachant que ledit circuit n'est plus uniquement blanc depuis 1991, année de la chute de l'apartheid. 

Un sport historiquement blanc

Mais évidemment, en Afrique du Sud, le golf reste encore un sport pratiqué par des Blancs qui, rappelons-le, ne constituent que 10% de la population totale. Comme dans nombre de disciplines, l’apartheid a exclu les joueurs de couleur, même si Papwa Sewgolum, d’origine indienne, de la même génération que Gary Player, s’était fait remarquer à l’époque, mais en n’ayant pas les moyens de développer son talent.

Depuis la libération de Nelson Mandela, le golf n'a guère changé au niveau de sa population. Actuellement, James Kamte, joueur noir de 29 ans, qui a gagné sa carte sur le circuit européen en 2008, est une lueur d'espoir dans un paysage encore relativement uniforme. De façon symbolique, Tiger Woods l’avait invité à partager son entraînement à l’US Open en 2009.

Personnage charismatique et emblématique du golf sud-africain, Gary Player, âgé aujourd'hui de 76 ans, a été l’un des visages les plus visibles du sport sud-africain à l’époque de l’apartheid quand beaucoup de frontières se fermaient aux athlètes issus de Johannesburg, du Cap ou d’ailleurs.

En effet, Player put, lui, voyager à peu près partout notamment aux Etats-Unis qui ne lui furent pas hostiles -de nombreux clubs américains sont, rappelons-le, restés fermés aux Noirs pendant longtemps- même si le champion dut souvent être protégé par la police américaine en raison des menaces que faisaient peser sur lui certains mouvements activistes anti-apartheid.

Gary Player, qui tapait la balle avec Johannes Vorster, premier ministre symbole de ce régime autoritaire entre 1966 et 1978, se voit, lui, au contraire, comme l’un des hommes ayant participé à la chute du régime notamment par une action symbolique lorsqu’en compétition, il portait un pantalon avec une jambe noire et une jambe blanche afin de souligner le multi culturalisme sud-africain.

Evidemment, c’est une question d’appréciation. Il n’empêche que sa prestigieuse carrière fait de lui l’un des sportifs les plus reconnus de son pays et qu’il demeure l’une des légendes du golf avec Jack Nicklaus, Arnold Palmer et Tiger Woods.

L'exception africaine

En Afrique, l'Afrique du Sud est une exception pour le golf qui n'a pas trouvé d'autres champions dans d'autres pays. En dépit de parcours de grande qualité, au Maroc, en Tunisie et en Egypte notamment, ou au Kenya, nouvelle destination à la mode pour les touristes golfeurs, le continent n'arrive pas, à l'image de ses difficultés à émerger dans le tennis, à faire, sans jeu de mots, son trou au plus haut niveau.

Les problèmes de développement économique restent le frein évident à cette progression parce que le golf requiert certains moyens pour pouvoir se munir d'un bon matériel. Il faut regretter aussi que Tiger Woods, premier champion noir de l'histoire, ne connaisse pas cette partie du monde où il demeure un relatif inconnu...

Yannick Cochennec

A lire aussi

Où est passé le tennis africain?

Où en est le rugby africain?

Le XV namibien, dans l'ombre de l'Afrique du Sud

Les 15 sportifs africains les mieux payés

Yannick Cochennec

Rédacteur en chef adjoint de Tennis Magazine de 1997 à 2007, collabore aujourd'hui à L'Equipe Magazine, Golf Magazine et Golf Européen.

Ses derniers articles: L'Afrique du Sud, l'autre pays du golf?  Où est passé le tennis africain?  Pourquoi les Jamaïcains courent si vite? 

Apartheid

Discrimination

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Racisme

Une juge sud-africaine fait scandale en affirmant que «le viol fait partie de la culture noire»

Une juge sud-africaine fait scandale en affirmant que «le viol fait partie de la culture noire»

Dans votre casque

Ecoutez en avant-première le nouvel album du groupe sud-africain DOOKOOM

Ecoutez en avant-première le nouvel album du groupe sud-africain DOOKOOM

Golf

Ambroise DAGNON

Philippines : un tournoi de golf

Philippines : un tournoi de golf

Money

Qui sont les sportifs les mieux payés d’Afrique?

Qui sont les sportifs les mieux payés d’Afrique?

group promo consulting

Drame à golf sud : le puisatier coincé hier dans un puits est décédé ce matin vers 5 heures (Vidéo).

Drame à golf sud : le puisatier coincé hier dans un puits est décédé ce matin vers 5 heures (Vidéo).

Nelson Mandela

Politique

L'ANC a déjà perdu la bataille politique en Afrique du Sud

L'ANC a déjà perdu la bataille politique en Afrique du Sud

Street View

Visitez Robben Island, l'ex-prison de Nelson Mandela, sur Google

Visitez Robben Island, l'ex-prison de Nelson Mandela, sur Google

guéguerre

Quand Samuel Eto'o se compare à... Mandela

Quand Samuel Eto'o se compare à... Mandela