SlateAfrique

mis à jour le

Zimbabwe - Le vieux président Mugabe fait la fiesta sans compter

Robert Mugabe vient d’avoir 88 ans le 21 février. C’est jour de fête à Mutare! Enfin pour le président zimbabwéen et ses invités… Selon Mail & Guardian, cet anniversaire coûterait plus de 750.000€ alors que la pauvreté et la maladie ravagent le pays.

Comme le baptise le parti présidentiel Zanu-PF, le «Mouvement du 21 février» est célébré en grande pompe. Gâteau d’anniversaire géant, trois plats proposés, un gala de musique avec la participation de nombreux artistes du pays, une «Miss Mouvement 21» et un tournoi de football sont organisés, précise le site sud-africain.

Alors que le pays est affaibli, comment une telle somme peut-elle être utilisée à cet effet? Selon Jeune Afrique, l’argent collecté par les jeunes partisans du président est envoyé sur un compte ouvert dans une banque américaine.

«Le pactole est directement prélevé chez les entreprises du pays, opportunément ‘visitées’ par les militants du parti au pouvoir [...] Certains hommes de pouvoir se voient prier de contribuer à hauteur de 45.000 ou 55.000 dollars», explique le site.

Le site d’information rappelle que le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) a décrété dans un rapport que les Zimbabwéens sont les seuls à vivre plus mal que dans les années 1970. Pour le parti d’opposition Mouvement pour le Changement Démocratique (MDC), cette célébration est un gâchis. Le MDC estime que «Mugabe déconnecté de la réalité», rapporte The Guardian.

«L'argent pourrait être consacré à l'alimentation et des livres. Mugabe a un ego boursouflé et il pense que les Zimbabwéens comme ce qu'il fait», a déclaré Douglas Mwonzora du MDC.

Selon Dewa Mavhinga, de Crisis in Zimbabwe Coalition, les populations souffrent d’une «épidémie de typhoïde dans la capitale», relate le site britannique. L’ONG appelle Mugabe, à la présidence depuis 32 ans, à se retirer pour permettre à de nouvelles idées d’émerger. Le quotidien rapporte également les nombreuses rumeurs à propos d’un cancer dont souffrirait le président qui les a démenti. Pour lui, quitter son poste serait un «acte de lacheté».

Lu sur Mail & Guardian, Jeune Afrique, The Guardian

A lire aussi

Mugabe, l'automne du patriarche

Afrique: le top 10 des accros au pouvoir

Mugabe, le pire des dictateurs africains