SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Tyson, Kadhafi et Saddam font régner le chaos

Kadhafi, Saddam ou encore Tyson. Au Sénégal, si certaines catégories de piments portent le nom de ces dictateurs et autres lutteurs, aujourd’hui, ils portent la marque des gaz lacrymogènes. Les violents heurts qui ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants depuis le 17 février à Dakar, la capitale sénégalaise, et dans le reste du pays, réprimés à coup de gaz lacrymogènes, ont été à l’occasion pour les jeunes manifestants de baptiser ces bombes aux effets détonants. Ce qui prouve encore une fois que même au cœur des troubles et dans la panique, les Sénégalais gardent intact leur sens de l'humour.

Ainsi, au plus fort des tirs des brigades anti-émeutes, on pouvait entendre un manifestant ironiser sur le nom de la bombe lancée, selon les effets ressentis. La goupille de couleur rouge porte le nom de l’ex-dictateur libyen Kadhafi, et diffuse des effets de piment. La noire, quant à elle, a été surnommée Saddam et émet une sensation de poivre à l’œil. Tandis que la bleue, la plus destructrice à en croire les manifestants, a été baptisée Tyson, lutteur sénégalais, ancien roi des arènes connu pour avoir révolutionné le monde de la lutte traditionnelle.

Malgré les effets dévastateurs de ces gaz lacrymogènes, les manifestants ont fait montre d’une grande capacité d’adaptation en improvisant des plans de secours. Finalement, les policiers à court de munitions, jetaient des pierres pour maîtriser la foule.

Depuis la validation de la candidature du président sortant Abdoulaye Wade, le 27 janvier 2012, les scènes de violence se multiplient à Dakar et dans les autres régions du pays. Bilan: sept morts. Et à une semaine du scrutin, l’opposition ne compte pas reculer dans son combat pour le retrait de la candidature du président sortant. Les appels à manifester continuent. Rendez-vous est pris les 22, 23 et 24 février prochains à la Place de l’Indépendance, rapporte Dakaractu.com. Le 20 février dans la matinée, des heurts ont déjà eu lieu à Castors, une artère courue de la capitale.

Lu sur Dakaractu.com

Sénégal: Ces rappeurs qui font trembler le régime Wade

Sénégal: les mystères de Youssou Ndour

Sénégal: Ak ak akak, Wade attacks!

Sénégal, c'est par où la révolution?