mis à jour le

Corruption au Nigeria: le procès Eni et Shell renvoyé au 14 mai

L'ouverture du procès des compagnies pétrolières Eni et Shell pour corruption au Nigeria, prévue ce lundi à Milan, a été renvoyé au 14 mai, a annoncé le président de la chambre.

L'audience de lundi a duré une petite trentaine de minutes. Le président a indiqué qu'en raison d'une surcharge de travail de la 10e section pénale et pour éviter des délais trop long, le dossier était transféré à la 7e section pénale, avec un début de procès prévu le 14 mai.

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: le bilan de l'explosion d'un camion-citerne s'alourdit  Etat d'urgence dans l'Est du Tchad après des violences intercommunautaires  Principaux points de l'accord de transition au Soudan 

corruption

AFP

Soudan: le procès pour corruption de l'ex-président Béchir s'ouvrira le 17 août, annonce un de ses avocats

Soudan: le procès pour corruption de l'ex-président Béchir s'ouvrira le 17 août, annonce un de ses avocats

AFP

Zimbabwe: la ministre du Tourisme arrêtée pour corruption présumée

Zimbabwe: la ministre du Tourisme arrêtée pour corruption présumée

AFP

Kenya: le ministre des Finances plaide non coupable de corruption

Kenya: le ministre des Finances plaide non coupable de corruption

ENI

AFP

Egypte: Eni cède 10% de la gigantesque concession de Shorouk

Egypte: Eni cède 10% de la gigantesque concession de Shorouk

AFP

Pollution et marées noires au Nigeria: Amnesty accuse Shell et ENI

Pollution et marées noires au Nigeria: Amnesty accuse Shell et ENI

AFP

Le procès pour corruption au Nigeria contre Eni et Shell renvoyé au 14 mai

Le procès pour corruption au Nigeria contre Eni et Shell renvoyé au 14 mai

procès

AFP

Niger: renvoi au 28 août du procès en appel d'un activiste

Niger: renvoi au 28 août du procès en appel d'un activiste

AFP

Procès du putsch au Burkina: rejet du recours du général Diendéré

Procès du putsch au Burkina: rejet du recours du général Diendéré

AFP

Scandinaves tuées au Maroc: le procès touche

Scandinaves tuées au Maroc: le procès touche