mis à jour le

Corruption au Nigeria: le procès Eni et Shell renvoyé au 14 mai

L'ouverture du procès des compagnies pétrolières Eni et Shell pour corruption au Nigeria, prévue ce lundi à Milan, a été renvoyé au 14 mai, a annoncé le président de la chambre.

L'audience de lundi a duré une petite trentaine de minutes. Le président a indiqué qu'en raison d'une surcharge de travail de la 10e section pénale et pour éviter des délais trop long, le dossier était transféré à la 7e section pénale, avec un début de procès prévu le 14 mai.

AFP

Ses derniers articles: Au moins 110 civils tués dans une attaque jihadiste au Nigeria  Décès de l’imam Oumar Kobine Layama, figure de la paix en Centrafrique  Togo: l'une des principales figures de l'opposition arrêtée 

corruption

AFP

Les Libyens de nouveau dans la rue

Les Libyens de nouveau dans la rue

AFP

Afrique du Sud: le président éclaboussé par les scandales de corruption liés au coronavirus

Afrique du Sud: le président éclaboussé par les scandales de corruption liés au coronavirus

AFP

Sitôt élu, le nouveau président du Malawi s'attaque

Sitôt élu, le nouveau président du Malawi s'attaque

ENI

AFP

Egypte: Eni cède 10% de la gigantesque concession de Shorouk

Egypte: Eni cède 10% de la gigantesque concession de Shorouk

AFP

Pollution et marées noires au Nigeria: Amnesty accuse Shell et ENI

Pollution et marées noires au Nigeria: Amnesty accuse Shell et ENI

AFP

Le procès pour corruption au Nigeria contre Eni et Shell renvoyé au 14 mai

Le procès pour corruption au Nigeria contre Eni et Shell renvoyé au 14 mai

procès

AFP

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

AFP

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

AFP

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo