mis à jour le

Migrants originaires du Bangladesh à la frontière libyenne le 7 mars 2011.  Reuters/Zohra Bensemra
Migrants originaires du Bangladesh à la frontière libyenne le 7 mars 2011. Reuters/Zohra Bensemra

Quelle solidarité africaine pour les migrants asiatiques?

De plus en plus de migrants asiatiques transitent par l’Afrique pour tenter d’atteindre l’Europe ou les Etats-Unis. Certains sont arrêtés, d’autres sont abandonnés par leurs passeurs. L’Afrique va-t-elle leur tendre la main ?

Les nouveaux visages de la mondialisation sont parfois surprenants. Les images d’émigrés subsahariens tentant au péril de leur vie d’atteindre les côtes des îles espagnoles des Canaries ou escaladant les barbelés des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, sont encore dans toutes les mémoires. Mais depuis quelques années, ce sont des migrants asiatiques qui viennent s’échouer sur les terres africaines. Leur drame est beaucoup moins connu mais illustre bien les nouveaux chemins de la traite des êtres humains. La dernière affaire en date n’a pas fait la Une des médias. Elle est pourtant très significative. Quelque 200 Tamouls du Sri Lanka ont récemment été arrêtés au Togo. Ils avaient fui les persécutions du gouvernement dans leur pays, un des plus pauvres du monde, et tentaient d’atteindre le Canada.

Un journaliste de la rédaction tamoul de la BBC a pu leur parler par téléphone. Ils affirment vivre dans des conditions très difficiles, avec de maigres rations alimentaires, dans un stade de la capitale togolaise Lomé, sous la surveillance de militaires.

6 000 dollars par personne

Ils espéraient rejoindre l’Amérique par bateau depuis le Ghana voisin, après avoir transité en avion par l’Ethiopie et l’Inde. Mais le passeur les a abandonnés, à mi-chemin, dans un pays dirigé depuis un demi-siècle par les Eyadéma, père et fils. Le rêve d’une vie meilleure s’est brutalement évanoui. Mais le passeur n’a pas tout perdu, il a «soulagé» ces malheureux de 6 000 dollars chacun, avant de trahir leur confiance en les abandonnant. Les migrants africains connaissent ces histoires de passeurs véreux plus prompts à empocher promptement les liasses de billets qu’à faire leur part du job.

Hub ouest-africain

Un des migrants a précisé à la BBC qu’ils avaient été arrêtés le 24 octobre 2011, après l’expiration de leur visa de séjour au Togo. Ils se plaignent d’un manque de nourriture, de médicaments et de mauvais traitement de leurs gardiens.

«Chaque matin, on est réveillé tôt pour nettoyer entièrement le stade et notamment les toilettes utilisées par les soldats», a témoigné un d’entre eux.

Si la «forteresse Europe» se barricade de plus en plus, le Canada est nettement plus accueillant envers les émigrés, mais entend les choisir, les sélectionner, selon des critères très stricts, notamment de qualification professionnelle et de santé.

Les ingénieurs indiens ou chinois sont les bienvenus mais pas les pauvres sri-lankais. Ottawa travaille donc étroitement avec le Togo pour que les 200 Tamouls n’arrivent jamais au Canada. Début février, un premier groupe de 28 est rentré au Sri Lanka, grâce à l’aide de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Pour les autres, l’aventure togolaise continue…

L’Afrique de l’Ouest semble être un  «hub» pour le trafic de migrants non africains vers les pays occidentaux, en premier lieu l’Europe. Il est vrai que les routes de l’émigration clandestine sont connues à défaut d’être sûres, soit par le Sahara puis le Maghreb, soit par les pirogues via les Canaries. Les services secrets espagnols affirmaient même en 2007 qu’entre 4.000 et 6.000 clandestins asiatiques attendaient en Guinée Conakry des « navires poubelles » pour faire la traversée. Ils venaient du Sri Lanka mais aussi d’Inde, du Pakistan ou de Birmanie. En 2004, un groupe de 26 migrants venus du Bangladesh avaient été arrêtés et jugés au Sénégal pour séjour illégal. Ils avaient transité par Djibouti puis la Zambie.

L’étranger de quelqu’un

D’un côté, on ne peut que se féliciter que le Sénégal soit un Etat de droit et interpelle les étrangers en situation irrégulière. De l’autre, on ne peut s’empêcher de penser à ces clandestins sénégalais arrêtés en Europe et renvoyés dans leur pays. On est toujours l’étranger de quelqu’un. Que doit faire l’Afrique face à ces migrants asiatiques, qui ne rêvaient que des lumières de l’Occident mais qui ont échoué, bien malgré eux, sur le continent? Les expulser vers leur pays d’origine? Mais qui va payer le voyage?

Leur ouvrir la porte et leur donner un permis de séjour? Leur donner un pécule pour trouver une chambre? Les aider à trouver un emploi? Leur payer des cours de langue pour qu’ils s’intègrent plus rapidement? Les Africains critiquent, à raison, les restrictions européennes en matière d’immigration et les traitements dégradants réservés aux clandestins. Mais comment vont réagir les Africains face à des clandestins asiatiques de plus en plus nombreux, parfois plus pauvres qu’eux?

La «solidarité africaine» s’applique-t-elle aux Tamouls du Sri Lanka? Réponse dans les prochaines semaines, la balle est du côté des autorités togolaises.

Adrien Hart

A lire aussi

du même auteur

Et si les jeunes Européens émigraient en Afrique

Quand Pékin fait main basse sur l'Afrique

Le Sahel de tous les dangers

Les dinosaures africains s'accrochent au baobab


Adrien Hart

Adrien Hart est journaliste, spécialiste de l'Afrique.

Ses derniers articles: L'Afrique qui marche est anglophone  Le Sénégal a du pain sur la planche  Mali: Paris et Washington, pas d'accord 

émigration

LNT

Emigration : La Ghorba, de plus en plus dure !

Emigration : La Ghorba, de plus en plus dure !

Vu d'Oran

Moi, Algérien, j'ai quitté un pays qui tournait mal

Moi, Algérien, j'ai quitté un pays qui tournait mal

Eldorado

Oran, cité charnière entre l'Espagne et l'Algérie

Oran, cité charnière entre l'Espagne et l'Algérie

Solidarité

Tour de France

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

AFP

En Afrique du Sud, solidarité contre la pire sécheresse depuis un siècle

En Afrique du Sud, solidarité contre la pire sécheresse depuis un siècle

AFP

En Sardaigne, mouvement de solidarité exemplaire pour les migrants

En Sardaigne, mouvement de solidarité exemplaire pour les migrants

Subsahariens réfugiés

Racisme

Ces noirs qui vivent dans l'ombre des Algériens

Ces noirs qui vivent dans l'ombre des Algériens