mis à jour le

Une flambée record de fièvre de Lassa fait 72 morts au Nigeria

Une flambée record de la fièvre hémorragique de Lassa a fait 72 morts depuis le début de l'année au Nigeria, a rapporté mercredi l'Organisation mondiale de la santé. 

Citant les données du Centre national de contrôle des épidémies (NCDC), l'OMS note dans un communiqué que "le nombre de cas confirmés pendant ces deux mois dépasse déjà le nombre total de cas confirmés pendant toute l'année 2017", un "record inégalé" dans le pays le plus peuplé d'Afrique. 

Le NCDC établit le nombre de cas confirmés à 317 pour le début de 2018, contre 143 sur l'ensemble de 2017. 

Le virus a été détecté dans 18 des 36 du Nigeria mais il a été confirmé en grande partie dans l'Etat d'Edo (sud), une région endémique du virus.

Sévissant au Nigeria, en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone de manière endémique, la fièvre de Lassa, de la même famille que l'Ebola, peut provoquer des lésions graves, hémorragiques ou neurologiques bien qu'elle soit asymptomatique dans 80% de cas.

Dans l'Etat d'Edo, "il existe un centre spécialisé pour la fièvre de Lassa, le seul avec celui de Lagos (la capitale économique) dans tout le Nigeria", a expliqué Crusoe Osagie, porte-parole pour le gouvernement local, à l'AFP.  

"Mais ce centre est une propriété fédérale et il était en déliquescence", poursuit M. Osagie. "Ils n'étaient pas préparés à accueillir autant de cas. D'habitude, on reçoit 100 cas en un an, là, c'est ce que nous avons reçu en deux mois", a-t-il dit

Le gouverneur de l'Edo a débloqué des fonds pour acheter du matériel de sécurité et des équipement de dialyse mais la majorité des cas se trouvent dans des zones rurales et reculées, compliquant la détection. 

"Notre capacité à détecter rapidement les cas d'infection dans les communautés et à les référer à des structures spécialisées augmente les chances de survie des patients", précise l'OMS dans son communiqué assurant venir en aide aux gouvernements locaux pour stopper l'épidémie. 

L'OMS décrit la fièvre de Lassa comme une infection virale appartenant à la même famille de virus que celui de Marburg et d'Ebola. Elle tire son nom d'une localité du nord du Nigeria où elle a été identifiée pour la première fois en 1969. 

La transmission se fait par les excrétions de rongeurs ou par contact direct avec du sang, des urines, des selles ou d'autres liquides biologiques d'une personne malade.

fièvre

AFP

Au Malawi, la fièvre de l'or enflamme les campagnes

Au Malawi, la fièvre de l'or enflamme les campagnes

AFP

Dans le nord du Mozambique, la face cachée de la fièvre du rubis

Dans le nord du Mozambique, la face cachée de la fièvre du rubis

AFP

A Madagascar, la fièvre du fanorona, le jeu aux mille mystères

A Madagascar, la fièvre du fanorona, le jeu aux mille mystères

morts

AFP

Ebola en RDC: l'Ouganda inquiet se prépare, des milliers de morts évités selon Kinshasa

Ebola en RDC: l'Ouganda inquiet se prépare, des milliers de morts évités selon Kinshasa

AFP

Migrants morts après 11 jours en mer: une ONG en appelle

Migrants morts après 11 jours en mer: une ONG en appelle

AFP

Ebola en RDC: 260 morts en quatre mois

Ebola en RDC: 260 morts en quatre mois

Nigéria

AFP

Lutte contre Boko Haram:  réunion Tchad, Nigeria Cameroun et Niger

Lutte contre Boko Haram: réunion Tchad, Nigeria Cameroun et Niger

AFP

Coup d'envoi de la campagne présidentielle au Nigeria

Coup d'envoi de la campagne présidentielle au Nigeria

AFP

L'agence antidopage du Nigeria sanctionnée par l'AMA

L'agence antidopage du Nigeria sanctionnée par l'AMA