mis à jour le

L'armée française a récemment tué "plus d'une trentaine" de jihadistes au Mali (Macron)

Les forces armées françaises ont tué "plus d'une trentaine" de combattants de groupes jihadistes récemment dans le nord du Mali, a déclaré Emmanuel Macron à l'issue d'une conférence sur la force G5 Sahel vendredi à Bruxelles.

Revenant sur la mort mercredi de deux soldats français au Mali, le président Macron a indiqué que cette attaque était intervenue "après plusieurs opérations fortes que nous avons menées sur le sol malien qui ont conduit à plus d'une trentaine de victimes du côté des terroristes".

L'armée française avait annoncé jeudi soir que plusieurs opérations avaient été menées ces derniers jours dans le nord-est du Mali, dont une a entraîné la mort "d'une dizaine de jihadistes" samedi, trois jours après la mort d'au moins dix autres à la frontière avec l'Algérie.

Cette dernière opération, menée au sol et à l'aide d'hélicoptères, a visé le groupe Ansar Dine du Malien Iyad Ag Ghaly, allié à Al-Qaïda, selon des sources sécuritaires concordantes.

"Aujourd'hui, notre détermination est entière (...). Nous continuerons à mener l'offensive aux côtés des forces du G5 Sahel pour éradiquer le terrorisme jihadiste dans la région", a affirmé M. Macron à la fin de la conférence qui a réuni une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement.

"Notre volonté commune est de faire à nouveau du Sahel un lieu de passage, de culture, d'ouverture et d'échanges, ce qu'il est historiquement", a-t-il ajouté. "Aujourd'hui, le Sahel est devenu une terre où se sont développés les trafics d'êtres humains, de drogue, d'armes qui nourrissent ce terrorisme", a déploré le chef d'Etat français.

Les deux décès de mercredi portent à 22 le nombre de militaires français morts dans le Sahel depuis le lancement dans cette vaste région de l'opération française Serval, en janvier 2013, remplacée depuis par l'opération Barkhane, à l'été 2014. Quelque quatre mille militaires français sont déployés au Sahel dans le cadre de Barkhane.

Selon la ministre des Armées, Florence Parly, citée par Le Parisien, les militaires français ont "neutralisé" un total de 450 djihadistes depuis l'été 2014, dont 120 tués et 150 remis vivants aux autorités maliennes au cours des douze derniers mois.

Bien que depuis 2013 les groupes liés à Al-Qaïda ont été dispersés et en grande partie chassés du nord du Mali, des zones entières du pays échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU (Minusma), régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes.

AFP

Ses derniers articles: La justice du Malawi ordonne la suspension de l'annonce des résultats des élections  L'ex-président du Botswana déclare la guerre  Niger: manifestation contre la présence de bases militaires étrangères 

jihadistes

AFP

Burkina: le président kaboré limoge les gouverneurs des régions en proie aux attaques jihadistes

Burkina: le président kaboré limoge les gouverneurs des régions en proie aux attaques jihadistes

AFP

Merkel appelle

Merkel appelle

AFP

Merkel promet une aide au Burkina pour lutter contre les jihadistes

Merkel promet une aide au Burkina pour lutter contre les jihadistes

l'armée

AFP

Algérie: les étudiants dans la rue au lendemain d'un discours du patron de l'armée

Algérie: les étudiants dans la rue au lendemain d'un discours du patron de l'armée

AFP

En Algérie, l'armée dit "non" aux principales demandes de la contestation

En Algérie, l'armée dit "non" aux principales demandes de la contestation

AFP

Soudan: le dialogue entre l'armée et le mouvement de contestation reprend lundi

Soudan: le dialogue entre l'armée et le mouvement de contestation reprend lundi

Mali

AFP

Mali : la mosquée de Djenné recrépie et alimentée en énergie solaire

Mali : la mosquée de Djenné recrépie et alimentée en énergie solaire

AFP

Barkhane plante le drapeau

Barkhane plante le drapeau

AFP

"Le moment est venu d'étendre nos efforts" au centre du Mali (commandant de Barkhane)

"Le moment est venu d'étendre nos efforts" au centre du Mali (commandant de Barkhane)