SlateAfrique

mis à jour le

Ethiopie - A la recherche du trésor de la reine de Saba

Souveraine légendaire des temps bibiliques et dont le pouvoir s'étendait sur un royaume situé au Yémen ou en Ethiopie, la reine de Saba est présente dans plusieurs récits des religions du Livre. Selon ces récits, elle s'est rendue à Jérusalem et a offert au roi Salomon des quantités d’or. 

Près de 3.000 ans plus tard, l’archéologue britannique Louise Schofield vient de découvrir une ancienne mine d'or, les ruines d’un temple et les vestiges d’un champ de bataille, tout cela sur l’ancien territoire de la reine de Saba, sur les hauts plateaux de Gheralta, dans le nord de l’Ethiopie. Ces découvertes pourraient expliquer les origines du trésor de la reine de Saba, explique le Guardian.

«L’une des choses que j’ai toujours aimée dans l’archéologie, c’est la manière avec laquelle on peut l’associer aux mythes et légendes. L’idée que nous avons peut-être découvert les mines de la reine de Saba est extraordinaire», déclare la Britannique.

Un premier indice a d’abord été trouvé sur une stèle sur laquelle était sculptée un soleil et un croissant de lune, une «carte de visite du pays de Saba», précise l’archéologue. 

«J’ai rampé sous la pierre —prudemment car on m’avait prévenu qu'un cobra de 9 pieds vivait dans les parages— et je me suis retrouvée nez à nez avec une inscription en sabéen, la langue qu’aurait parlé la reine de Saba», raconte Schofield.

L’archéologue a également découvert à proximité les vestiges d’un temple dédié à la déesse lune, la principale divinité de Saba.

La reine de Saba était à la tête d’un royaume qui a prospéré grâce au commerce avec Jérusalem et l’empire romain. Ce personnage a été immortalisé dans le Coran et la Bible. On y évoque une visite qu’elle a rendue au roi Salomon. La reine est arrivée à Jerusalem «avec une grande escorte, des chameaux chargés d’épices, et beaucoup d’or et de pierres. Elle donna au roi 120 talents d’or et beaucoup d’épices», rapporte le Guardian.

On a très peu d’informations sur ce personnage légendaire, en revanche, la reine de Saba est une figure très présente dans les arts. Cette dernière a inspiré les travaux mystiques de chrétiens du Moyen-Age. Elle y incarne la sagesse divine. La reine de Saba est également présente dans des tableaux turcs et persans. Hollywood s’est aussi approprié le mythe. En 1959, l'actrice Gina Lollobrigida incarne au cinéma le célèbre personnage dans Salomon et la reine.

Lu sur The Guardian

A lire aussi

90% du patrimoine archéologique africain se trouve en Europe

L'Indiana Jones égyptien destitué

Des pharaons égyptiens trouvés en Italie

Tunisie - Il faut sauver Carthage