SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Saadi Kadhafi, l'exilé qui dérange

Saadi Kadhafi soutient la préparation d’une révolte armée contre le Conseil de transition, titrait le 11 février le quotidien panarabe Al Quds al-Arabi. Réfugié au Niger, le fils Kadhafi s’apprête à lancer une intifada contre un pouvoir libyen qu’il juge «illégitime». Soutenu par des milices armées, le fils Kadhafi tenterait d’instiller le désordre en Libye, rapporte le quotidien arabe.

De la capitale du Niger Niamey, Saadi a confirmé par téléphone qu’il retournerait prochainement en Libye. Un message qu’il adresse à tous les Libyens, ceux de l’intérieur et ceux résidant à l’étranger. Lors de cet entretien téléphonique, le fils de Mouammar Kadhafi aurait également indiqué que le Niger n'exerçait aucune pression sur lui, écrit le quotidien al Quds al-Arabi. 

Depuis le mois de septembre, le fils Kadhafi vit au Niger, sans que cela inquiète les nouvelles autorités libyennes. Contrairement à Seif al-Islam, Saadi n’a jamais été pressenti comme pouvant être le dauphin du guide libyen attrapé et tué le 20 octobre 2011.

Sauf que désormais le fils Kadhafi est sorti de sa réserve et menace explicitement le Conseil de transition au pouvoir en Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Cette sortie médiatique n’a pas été sans conséquence. Saadi Kadhafi a été placé sous résidence surveillée au Niger et son téléphone a été coupé. Les autorités de Tripoli ont rapidement réagi pour éviter toute mis en œuvre de révolution à leur encontre, précise CNN.

Du côté des autorités du Niger, on ne souhaite pas communiquer sur les propos de Saadi, par ailleurs considérés comme une violation du devoir de réserve par les nouvelles autorités libyennes.

«Saadi Kadhafi use de son droit d’asile accordé par le Niger pour agresser le peuple libyen et leur glorieuse révolution», a commenté le porte-parole du CNT Mohammed Nasr al Hraizi.

Le nouveau gouvernement libyen exige que les autorités nigériennes prennent leurs responsabilités, notamment en extradant ce fils Kadhafi trop bavard.

Lu sur Al Quds al-Arabi, CNN

A lire aussi

Le retour des Kadhafistes

Les milices font toujours la loi

Les combattants de Kadhafi toujours sur le pied de guerre

Aïcha Kadhafi fait de la résistance

Seïf al-Islam, un prisonnier bien encombrant