SlateAfrique

mis à jour le

Guinée - Un ministre qui tombe pour le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry

Fini l'impunité en Guinée? Le colonel Moussa Tiegboro Camara a été inculpé pour violation des droits de l’Homme par trois juges d’instruction le 1er février à Conakry, la capitale guinéenne, selon la FIDH (Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme). On reproche au directeur de l’Agence nationale chargée de la lutte contre le trafic de drogue et le grand banditisme en Guinée, qui a rang statutaire de ministre, son rôle présumé lors du massacre du 28 septembre 2009 au plus grand stade de Conakry. Ce massacre a fait de nombreuses victimes. Selon la FIDH, 157 personnes sont mortes, des dizaines de femmes violées, plusieurs crimes sexuels, des centaines de personnes disparues et des centaines d’autres blessées et traumatisées.

«A l’heure où la Guinée s’engage sur la voie de l’instauration d’un Etat de droit et de la réconciliation nationale, l’inculpation d’un ministre en exercice illustre le courage des juges de cette affaire et la volonté des autorités guinéennes de s’inscrire résolument dans la lutte contre l’impunité et de garantir l’indépendance de la justice» a déclaré Me Patrick Baudouin, responsable du Groupe d’action judiciaire (GAJ) de la FIDH.

Reprise par Guineenews, la FIDH ainsi que les autres associations se félicitent de «l’avancée majeure» de cette affaire. La FIDH, l’OGDH (Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme), les associations de victimes ainsi que 67 d’entre elles se sont constituées parties civiles.

«Cette inculpation est un pas important qui doit conduire à l’établissement de toutes les responsabilités et à la tenue d’un procès juste et équitable en Guinée, que tous les Guinéens appellent de leurs vœux» ont déclaré l’OGDH et les associations de victimes. 

Le 8 février 2010, le Procureur général de la Cour d’appel de Conakry a saisi trois magistrats pour une instruction visant «Aboubakar Diakité alias Toumba et tous autres» afin de déterminer les responsabilités individuelles de chacun.

«L’inculpation de Tiegboro Camara avait été mise en cause par le rapport de la commission d’enquête internationale des Nations unies comme étant l’un des principaux responsables des graves violations des droits de l’Homme perpétrées au stade le 28 septembre et dans les jours qui ont suivi» a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH.

Bien que les associations soient ravies, elles n’en restent pas moins méfiantes étant donné la place acquise par Moussa Tiegboro Camara dans le gouvernement et dans la hiérarchie militaire. Les ONG demandent officiellement aux autorités guinéennes de veiller au bon déroulement de l’affaire. Elles ont également appelé la communauté internationale à soutenir «les efforts des autorités politiques et judiciaires guinéennes en faveur notamment de l’indépendance de la justice.»

Lu sur FIDHGuineenews

A lire aussi

Conakry, mon amour

Guinée: l’obsession de la crise

Guinée: le massacre du 28 septembre 2009 commémoré sous tension à Conakry

La Guinée s'embrase