mis à jour le

Afrique du Sud: quel avenir judiciaire pour Zuma ?

L'avenir du président sud-africain Jacob Zuma, qui a démissionné mercredi après avoir été lâché par son parti, s'annonce très délicat sur le plan judiciaire, compte tenu des multiples scandales dans lesquels il est accusé. 

En renonçant à son poste, il "s'est trouvé propulsé dans un autre monde", résume l'analyste politique Daniel Silke, "il entre dans une période embarrassante, problématique et incertaine".

Jacob Zuma n'a pas perdu l'immunité liée à sa fonction - elle n'existe pas en Afrique du Sud - mais il n'est désormais plus en mesure "d'influencer le parquet ou d'autres agences de l'Etat", ajoute M. Silke à l'AFP.

Voici les scénarios envisageables pour celui que l'opposition a surnommé "le criminel" ou "le suspect numéro 1".

Le procès

Jacob Zuma devrait être fixé très rapidement dans un dossier qui l'empoisonne depuis une décennie, une affaire de contrat d'armement impliquant notamment le Français Thales. 

Il est soupçonné d'avoir perçu 783 versements de pots-de-vin pour ce juteux contrat de 4,2 milliards d'euros signé en 1999 par l'Afrique du Sud avec plusieurs entreprises européennes, alors qu'il était vice-président. 

D'ici la fin du mois, le parquet doit décider ou non de relancer les accusations qui visent l'ex-président. Elles avaient une première fois été abandonnées pour vice de forme, quelques semaines avant les élections de 2009 qui l'ont porté au pouvoir.

Le dossier est actuellement entre les mains du procureur général Shaun Abrahams, surnommé "Shaun le mouton" en raison de sa proximité avec Jacob Zuma. 

La justice a récemment annulé la nomination du procureur, et ordonné à Cyril Ramaphosa de le remplacer.

Son choix pourrait directement influencer l'avenir judiciaire de M. Zuma dans ce dossier.

"Il est tout à fait envisageable que Jacob Zuma aille en prison" pour cette affaire, avance Victor Magnani, spécialiste de l'Afrique du Sud à l'Institut français des relations internationales (Ifri), rappelant que son conseiller financier de l'époque Schabir Shaik a été condamné à 15 ans de prison.

L'interrogatoire

Le nom de Jacob Zuma est au coeur de la tentaculaire affaire dite de "capture de l'Etat".

Dans un rapport explosif de 335 pages publié en 2016, la médiatrice de la République a détaillé comment une fratrie d'hommes d'affaires, les Gupta, avait pillé en règle les ressources publiques, avec la complicité de Jacob Zuma.

L'enquête a piétiné pendant des mois mais elle s'est soudain accélérée alors que se profilait la chute de Jacob Zuma.

La police a perquisitionné le domicile des Gupta à Johannesburg et émis un mandat d'arrêt contre l'un des membres de la fratrie.

Parallèlement, une commission d'enquête judiciaire doit prochainement étudier les accusations faites dans le rapport. Elle pourrait convoquer Jacob Zuma pour entendre sa version des faits.

La grâce

Dans le cas où il serait condamné, Jacob Zuma peut demander la grâce au président de la République. 

Jacob Zuma, qui, très jeune, a rejoint la lutte contre l'apartheid, dispose encore de très nombreux alliés au sein du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC).

Des soutiens qui pourraient, le moment venu, intercéder en sa faveur auprès du président Ramaphosa, soucieux de maintenir l'unité du parti.

Accorder la grâce à l'ancien président pourrait toutefois être perçu comme un reniement de Cyril Ramaphosa, qui a fait de la lutte anticorruption l'une de ses priorités et promis que personne n'y bénéficierait de passe-droits.

L'exil

Selon des médias sud-africains, la famille Zuma possède des intérêts financiers à Dubaï. 

L'un des fils de l'ancien président, Duduzane Zuma, au coeur du scandale de "capture de l'Etat", a toutefois vigoureusement démenti avoir obtenu des Gupta une somptueuse résidence dans les Emirats arabes unis.

"L'exil est un scénario légitimement envisageable" pour l'ex-président compte tenu des poursuites qui lui pendent au nez, estime Victor Magnani.

Mais, en s'enfuyant, Jacob Zuma "avouerait à demi-mot tout ce qu'on lui reproche", ce qui "irait complètement à l'encontre de sa position qui est de dire qu'il n'a rien à se reprocher", ajoute-t-il.

Une retraite paisible-

Il n'est pas totalement exclu que Jacob Zuma ait obtenu l'assurance de ne pas être poursuivi lors de ses longues tractations avec la directionde 'lANC qui ont précédé son départ.

Il pourrait alors paisiblement finir ses jours dans sa vaste propriété de Nkandla, en pays zoulou (nord-est), rénové aux frais du contribuable jusqu'à ce qu'il soit condamné en 2016 à rembourser un demi-million de dollars à l'Etat.

Afrique

AFP

Accord FFF/Fifa pour développer le foot en Afrique francophone

Accord FFF/Fifa pour développer le foot en Afrique francophone

AFP

En Afrique du Sud, les cimetières débordent

En Afrique du Sud, les cimetières débordent

AFP

L'armée américaine "plus engagée que jamais" en Afrique assure un général américain

L'armée américaine "plus engagée que jamais" en Afrique assure un général américain

avenir

AFP

Avenir de Kabila en RDC: conférence de presse annoncée

Avenir de Kabila en RDC: conférence de presse annoncée

AFP

Soudan du Sud: quel avenir pour la paix et l'ex-rebelle Riek Machar?

Soudan du Sud: quel avenir pour la paix et l'ex-rebelle Riek Machar?

AFP

Tunisie:

Tunisie:

Zuma

AFP

Afrique du Sud: report

Afrique du Sud: report

AFP

Afrique du Sud: un ministre accuse Zuma d'avoir ouvert la voie

Afrique du Sud: un ministre accuse Zuma d'avoir ouvert la voie

AFP

Afrique du Sud: le fils de Jacob Zuma jugé en mars pour homicide involontaire

Afrique du Sud: le fils de Jacob Zuma jugé en mars pour homicide involontaire