SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Le Maouloud, une trêve religieuse dans la crise politique

Une semaine après les violences qui ont secoué le Sénégal à la suite de la validation de la candidature du président Abdoulaye Wade, le 27 janvier, le calme est revenu dans la capitale Dakar. Les manifestants ont observé une trêve, le temps du Maouloud, date à laquelle la communauté musulmane célèbre la naissance du prophète Mahomet. Le porte parole du Khalife général de la confrérie des Tidianes, Serigne Abdou Aziz Sy a demandé aux leaders du Mouvement du 23 juin, le mouvement citoyen d'opposition, d’arrêter de manifester jusqu’à la fin du Gamou, prévu ce 4 février dans la ville sainte de Tivaoune.

«Serigne Mansour Sy vous demande d’arrêter les manifestations parce que le Gamou est une fête, et c’est un jour sacré. C’est la naissance du Prophète», a expliqué le porte-parole sur les ondes de la RFM.

Poursuivant son discours il a demandé aux manifestants de ne pas «réveiller les démons de la violence. On fera tout pour ne pas accepter cette violence parce que nous voulons que les pèlerins viennent faire leur pèlerinage en paix. Nous demandons à l’ensemble des Sénégalais qui ne sont pas contents en ce moment de faire preuve de dépassement en cette période».

Le Populaire rapporte que Serigne Abdou Aziz Sy a prié qu’entre temps que les dirigeants puissent enfin s’entendre. «Dieu est capable de tout. Il peut faire qu’entre temps les Sénégalais parlent de la même voix et se réconcilient», a-t-il dit.

Même si cet appel au calme a été diversement apprécié par les Sénégalais, qui soupçonnent Serigne Abdou Aziz Sy d’être proches du pouvoir, il a été unanimement respecté. Même l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, où des étudiants furieux après la mort de leur camarade Mamadou Diop continuaient de manifester, ont déposé les armes. Le 3 février, les rues de la capitale sont quasi désertes et beaucoup de commerces ont fermé boutiques. Les activités tournent au ralenti et Dakar semble être en mode «pause». En ce jour, tous les chemins convergent vers Tivaoune et Médina Baye, principaux foyers religieux des Tidianes.

Au Sénégal, où la population est à 95% musulmane, la voix des guides religieux est très écoutée. D’ailleurs, ce 3 février, le Mouvement du 23 juin (M23) a organisé une séance de prière dans le centre ville, à la mémoire des victimes de la répression, apprend-on sur Leral.net.

Lu sur  Le Populaire, Leral.net

A lire aussi

Sénégal - A Dakar, tous les signaux sont au rouge

Sénégal - Les violences meurtrières se multiplient

Sénégal - Pourquoi Wade prend un avocat... américain

Sénégal - Pourquoi un jeune policier a été lynché à mort?