SlateAfrique

mis à jour le

Mali - La première université régionale nourrit de grandes ambitions

L'enseignement supérieur arrive enfin en province au Mali. Le pôle universitaire de Ségou a été inauguré ce 27 janvier par le Premier ministre, Cissé Mariam Kaïdama Sidibé. Jusqu'alors, seule la capitale malienne Bamako était dotée d'un complexe universitaire. 

L’un des objectifs est de former des cadres compétents mais aussi favoriser l’émergence d’unités industrielles à Ségou, à quelques centaines de kilomètres de la capitale. Pour la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,

«Notre ambition pour l’Université de Ségou est d’en faire une institution d’enseignement et de recherche ouverte sur la vie économique, sociale et culturelle de toutes les communautés de la Région de Ségou.»

Depuis la rentrée académique, 415 étudiants sont scolarisés dans les domaines de l’agroéconomie, de l’hydraulique agricole, de la production et de la santé animale. D’autres filières vont également être dispensées. Un institut universitaire de formation professionnelle ainsi qu’un rectorat, un restaurant, des dortoirs et des infrastructures sportives sont en cours de construction.

Ce pôle universitaire s’inscrit dans un projet plus global qui devrait s’étendre à d’autres régions. Le gouvernement malien entre ainsi dans une logique de redynamisation de l’enseignement supérieur. Le chef du gouvernement a affirmé cette volonté:

«L'employabilité des diplômes de nos écoles supérieures en général, et de l'Université de Ségou en particulier, doit être une préoccupation constante des autorités rectorales et de leurs partenaires. Nous ne pouvons plus continuer à former des diplômés qui n'arrivent pas à s'insérer dans la vie active.»

L’une des difficultés majeures réside dans les nombreux dysfonctionnements du système éducatif. La pression démographique, le manque de financement du 1er cycle et les problèmes d’abandons scolaires liés au déséquilibre entre l’offre et la demande constituent des freins à l’Education malienne selon un rapport de la Banque Mondiale publié en 2010. Bien que l’analyse soit plutôt optimiste, il faut maintenant que le gouvernement malien tienne ses engagements jusqu’au bout.

Lu sur Maliweb, Afrik, Afrikjet

A lire aussi

Au Mali, c'est une femme qui gouverne

Mali - 20 000 enfants dans les mines d'or