SlateAfrique

mis à jour le

Afrique du Sud - Un million de préservatifs défectueux offerts par l'ANC

Pas fiables. Plus d'un million de préservatifs rappelés par les autorités sanitaires sud-africaines après les festivités du centenaire de l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, début janvier.

Des tests doivent encore être effectués sur les préservatifs, dont on soupçonne qu'ils soient poreux, mais les autorités sanitaires de l'Etat Libre —une des 9 provinces qui composent le pays et où ont eu lieu les festivités— ont préféré retirer 8.700 boîtes contenant les possibles préservatifs défectueux. Le site de l'hebdomadaire sud-africain Mail & Guardian a précisé que ces capotes avaient été distribuées dans les hôtels, restaurants et bars de l'Etat Libre.

Le problème a été mis en lumière après que des gens se plaignent auprès de la Campagne d'Action de Traitement (CAT), une campagne de lutte contre le sida en Afrique du Sud. Le département de la Santé de l'Etat Libre a indiqué qu'il avait rappelé 1,35 million de préservatifs «par mesure de précaution» explique BBC News, tout en sommant les habitants de cet Etat de ne pas paniquer. Difficile pourtant de ne pas le faire quand on sait que l'Afrique du Sud est le pays dont le taux de VIH est le plus élevé au monde.

Un membre de la Campagne d'Action de Traitement, Sello Mokhalip, a notamment indiqué à BBC News qu'«un grand nombre de ces préservatifs sont encore en circulation dans l'Etat, ce qui est source de grande préoccupation».

«Les plaintes viennent du fait que les préservatifs se craquent durant le rapport sexuel», a-t-il ajouté.

CAT a déclaré qu'elle menait ses propres recherches sur ces préservatifs défectueux alors que le département de la Santé de l'Etat Libre dit faire ses propres investigations.

«Quand vous mettez de l'eau dans ces préservatifs, de l'eau s'en échappe» a précisé Sello Mokhalip.

Jabu Mbalula, le porte-parole du département Santé de l'Etat Libre, a affirmé pour sa part que les autorités sanitaires n'étaient pas en mesure ni de confirmer ni d'infirmer que ces préservatifs étaient défectueux jusqu'à que les tests soient réalisés sur ces préservatifs.

C'est la première fois que L'Etat Libre doit rappeller des préservatifs auprès de ses 5,5 millions d'habitants précise BBC News. Le dernier grand rappel de préservatifs défectueux en Afrique du Sud date de 2007, après que des centaines de milliers aient été jugés déficient. Cette histoire qui va ternir un peu plus l'image déjà bien écornée du parti de Jacob Zuma, président sud-africain pour le moins controversé. Les célébrations des 100 ans de ce parti s'étaient déroulées du 6 au 8 janvier à Bloemfontein, une ville située à l'est de l'Afrique du Sud où avait été créé l'African Nation Congress (ANC) en 1912. 

Lu sur Mail & Guardian, BBC News

A lire aussi

L’ANC, un parti amnésique?

Un siècle après, l'Afrique du Sud a-t-elle encore besoin de l'ANC?

Afrique du Sud - L'ANC fête ses 100 ans dans la discorde

Afrique du Sud - Des chefs d'Etat africains maltraités par l'ANC?

Sida: trente ans après, la capote reste capitale