SlateAfrique

mis à jour le

Le rêve américain des petits baseballeurs d'Ouganda

Le baseball n'a plus de frontières. Ou presque. En juillet 2011, l’équipe ougandaise de baseball entre dans l’histoire en devenant la première formation africaine à se qualifier pour la Little League World Series. Créé en 1947, ce tournoi de baseball oppose 16 équipes de jeunes issues des quatre coins du monde. La compétition se déroule à Williamsport, en Pennsylvanie.

Mais fin août, le rêve des jeunes Ougandais a été brisé par une décision des autorités américaines qui a refusé d’octroyer des visas aux base-ballers en herbe. Pourtant, grâce à l’initiative d’une Canadienne et d’une association, les Ougandais ont pu jouer un match de Little League World Series, indique The Chritian Science Monitor.

Les jeunes Ougandais reviennent de loin. Car en août, la situation semblait désespérée. A cette époque, l’ambassade américaine refuse d’évoquer les raisons qui l'ont poussée à ne pas octroyer les visas. Le département d’Etat a seulement indiqué que cette décision avait été prise après analyse des certificats de naissance. Certains joueurs ont modifié leur date de naissance pour avoir droit de participer à la compétition. L’âge limite pour jouer à la Little League World Series étant de 12 ans.

«Il n’y a qu’un endroit en Ouganda qui délivre des certificats de naissance et un certain nombre de certificats de joueurs n’en étaient pas issus (ils étaient faux)», déclare Richard Stanley, un natif de Brooklyn, qui a dépensé 1,5 million de dollars (1.145.000 euros) pour introduire le baseball en Ouganda depuis dix ans.

«L’ambassade a fait son travail», ajoute t-il.

«A l’époque, nous avions l’impression d’être dupés et les enfants venaient vers nous en nous demandant s'ils auraient été traités de la même façon en étant blancs», raconte George Mukhobe, l’entraîneur de l’équipe.

Ruht Hoffman, une Canadienne mère de jumeaux fans de baseball a lu l'histoire de cette équipe malheureuse. Cette dernière s’est associée à Right to Play, organisme qui vient notamment en aide aux enfants par le biais du sport, et a lancé une campagne pour lever des fonds qui permettraient de financer le voyage de l’équipe du Canada en Ouganda. Pour couvrir tous ces frais, il faut récolter 155.000 dollars (117.000 euros). Cette somme permettra également de construire des installations pour les joueurs ougandais.

«Il était difficile d’imaginer que cela se réaliserait, car on a passé tellement de temps à tout organiser et à s’inquièter de ce qui allait se passer».

L’opération a été effectuée avec succès. Les Canadiens ont pu se rendre en Ouganda pour affronter les jeunes Africains. Les Ougandais ont, quant à eux, pu réaliser leur rêve en jouant, en quelque sorte, un match de Little League World Series (s’ils avaient pu se rendre aux Etats-Unis, ils auraient été opposés aux Canadiens au premier tour). Ce 17 janvier, les jeunes joueurs ont même fini par s’imposer (2-1).

«Si nous pouvons battre le Canada, nous pouvons battre toutes les équipes. La prochaine fois aux Etats-Unis, nous battrons toutes les équipes», déclare Felix Barugahare, auteur du point victorieux.

Lu sur The Christian Science Monitor

A lire aussi

Ali Gerba, un footballeur au pays des hockeyeurs

Mohammed Tchité, le footballeur aux quatre passeports

Mario Balotelli, la dernière chance?

Le clan Ayew, une dynastie de footballeurs