SlateAfrique

mis à jour le

Des travailleurs zimbabwéens rentrent d'exil

Les travailleurs exilés zimbabwéens commenceraient à rentrer au pays, observe l'hebdomadaire sud-africain Mail and Guardian. Le plus grand exploitant des mines de nickel du pays, Mwana Africa, et le plus important opérateur téléphonique, Econet Wireless, ont déclaré qu'un grand nombre de leurs employés qualifiés sont de retour après des années d'exil.

Dans les années 1990, des mouvements importants d'émigrations avaient eu lieu. La tendance s'était transformée en exode massif à partir de l'année 2000, quand la violence s'était accrue et que le président Robert Mugabe avait décidé de lancer des réformes agraires. Cette situation avait provoqué la détérioration de l'économie du Zimbabwe et le boycott de la communauté internationale pour contester le régime dictatorial. A partir de 2003, le Zimbabwe aurait perdu 80% des médecins, infirmières, pharmaciens et radiologues qu'il avait formé dans les années 1980. En 2008, les mines étaient privées de la moitié de leur main-d'oeuvre, partie trouver du travail en Afrique du Sud.

Le Zimbabwe tenterait aujourd'hui de «nourrir l'optimisme» note le Mail and Guardian. La plus grande entreprise de sidérurgie, Ziscosteel, va être ainsi être recapitalisée par la compagnie Essar Africa, filiale de la multinationale indienne Essar Group.Ce sauvetage permettra de créer et également de conserver de nombreux emplois.