SlateAfrique

mis à jour le

Côte d'Ivoire - Tiken Jah Fakoly interpelle les chefs d'Etat africains

Le reggaeman ivoirien, Tiken Jah Fakoly, va sortir deux nouveaux titres le 25 février prochain. Ces deux chansons inédites, Alerte et La Porte de l’Histoire, sont déjà présentées sur le site de RFI.

Comme à son habitude, le chanteur a signé des textes politiquement engagés.

«Après la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, il y a eu 3.000 morts parce qu'un président a perdu les élections et il s'est accroché. Nous souhaiterions qu'il n'y ait plus de choses comme ça dans les autres pays africains. On souhaite que les autres dirigeants ne changent pas la constitution et ne s'accrochent pas au pouvoir parce que ça fait toujours des morts et le continent africain a trop souffert de violences, de tensions», a expliqué l’artiste ivoirien.

Dans La Porte de l’histoire, il s’adresse ainsi directement aux chefs d’Etat africains et leur demande de ne pas tenir coûte que coûte à leur fauteuil de dirigeant.

«Il a pris le pouvoir, laissé le pouvoir, on lui a donné le pouvoir, il a rendu le pouvoir. Celui qui fait ça en Afrique mérite de rentrer dans l’histoire», chante Tiken Jah Fakoly.

Pour appuyer son propos, il prend pour exemple dans ses paroles certains grands présidents africains: «Si Abdou Diouf a fait ça, c’est parce que Mandela a fait ça et quand Mandela a fait ça, c’est la démocratie qui a gagné.»

Très attaché à son peuple, la star du reggae a fait appel à des Ivoiriens pour le clip de cette nouvelle chanson. Les habitants du quartier Biafra d'Abidjan ont été mis à contribution pour jouer les figurants.

Exilé depuis une dizaine d’années au Mali, l’interprète de Y’en à marre et de Quitte le pouvoir, annonce également qu’il a pour projet de rentrer dans son pays au mois de juin, «une démarche signe de réconciliation, que ses fans attendent avec impatience», précise RFI.

En 2003, il avait dû fuir la Côte d’Ivoire en raison de menaces de mort. Avant ce retour, le chanteur va cependant partir en tournée dans le Mali pour remercier son pays d’adoption.

Le 10e et dernier album de ce chanteur militant, intitulé African Revolution, est sorti en 2010.

Lu sur RFI

A lire aussi

L'Afrique, l'autre berceau du reggae

Un «Tam-Tam» pour aider la Corne de l'Afrique?

Le gouvernement rêvé pour la Côte d'Ivoire