mis à jour le

Maroc: mobilisation pour quatre journalistes jugés

Une centaine de manifestants --journalistes, militants et syndicalistes-- ont manifesté jeudi devant le tribunal de Rabat pour défendre la liberté de la presse et soutenir quatre journalistes jugés pour avoir publié des informations considérées comme confidentielles.

"La liberté d'expression est une ligne rouge!", ont scandé les manifestants alors que débutait le procès des journalistes poursuivis pour avoir publié fin 2016 des extraits de débats d'une commission d'enquête parlementaire consacrés au déficit colossal de la Caisse marocaine de retraites. 

Un député membre de la centrale syndicale Confédération démocratique du travail (CDT), accusé d'avoir fourni à ces journalistes les informations sur ces débats a comparu avec eux jeudi.

L'audience qui s'est ouverte devant une salle comble, a été renvoyée au 8 mars prochain en raison de l'absence d'un des prévenus.

"Nous assistons à une hausse inquiétante des poursuites visant des journalistes", a déclaré à l'AFP Abdellah Bekkali, président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM). 

"Ce procès est unique en son genre: nous sommes poursuivis pour avoir diffusé des informations exactes", a dit à l'AFP un des journalistes poursuivis, Abdelhak Belachgar, du quotidien Akhbar Al Yaoum. 

"On nous poursuit selon des dispositions du code pénal relatives au secret professionnel et non selon le code de la presse, c'est une atteinte à la liberté de la presse", a-t-il ajouté. 

Le nouveau Code de la presse qui ne prévoit plus de peines de de prison est entré en vigueur en août 2016 mais les journalistes continuent d'être poursuivis selon le Code pénal, a souligné un récent rapport de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

L'association Freedom Now avait de son côté pointé le transfert dans le Code pénal marocain de "dispositions privatives de liberté à l'égard des journalistes". 

Dans son dernier classement annuel sur la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) a classé le Maroc 133e sur 180 pays.

Des ONG internationales dénoncent régulièrement les "procès politiques" visant à "museler la presse" marocaine, comme celui impliquant sept journalistes et défenseurs des droits de l'Homme, dont l'historien Maati Monjib. Ce procès pour "atteinte à la sécurité de l'Etat" ne cesse d'être reporté depuis novembre 2015.

AFP

Ses derniers articles: Afrique: Poutine signale le retour russe par un ambitieux sommet  Le libre-échange en Afrique, au-del  Le Burkina vista social club: la musique afro-cubaine entre accords musicaux et politiques 

journalistes

AFP

Soudan: le chef du principal syndicat de journalistes détenu

Soudan: le chef du principal syndicat de journalistes détenu

AFP

Centrafrique: deux journalistes de l'AFP violemment interpellés

Centrafrique: deux journalistes de l'AFP violemment interpellés

AFP

Une place inaugurée

Une place inaugurée

juges

AFP

Guinée: les initiateurs de la contestation jugés pour trouble

Guinée: les initiateurs de la contestation jugés pour trouble

AFP

Maroc: une journaliste accusée d'"avortement illégal" devant les juges

Maroc: une journaliste accusée d'"avortement illégal" devant les juges

AFP

Egypte: des juges inquiets de la mainmise renforcée de Sissi sur la justice

Egypte: des juges inquiets de la mainmise renforcée de Sissi sur la justice

mobilisation

AFP

Guinée: 4 manifestants et un gendarme tués pendant la mobilisation contre un 3e mandat de Condé

Guinée: 4 manifestants et un gendarme tués pendant la mobilisation contre un 3e mandat de Condé

AFP

Guinée: l'opposition appelle

Guinée: l'opposition appelle

AFP

Maroc: mobilisation pour assouplir la loi interdisant l'avortement

Maroc: mobilisation pour assouplir la loi interdisant l'avortement