SlateAfrique

mis à jour le

«Elle» et le racisme, «l'article de merde» qui fait polémique

«Article de merde, imbécile et raciste». Dans son billet du jeudi 26 janvier de la matinale de France Inter, intitulé «Y a bon Obamania», la journaliste et chroniqueuse Audrey Pulvar ne prend pas de gants. Elle dénonce la «stupidité» d'un article publié sur le site du magazine féminin Elle.

Et elle n'est pas la seule à s'en être indignée. L'ancienne Miss France et actrice française, Sonia Rolland, la chanteuse malienne Inna Modja ou encore la chroniqueuse Rokhaya Diallo de la matinale de Canal + ont également réagi à cet article.

L'objet de la colère? «Black Fashion Power», un article consacré à la mode des femmes Africaines-Américaines qui proposait un décryptage de la «mode noire» influencée par de «nouvelles égéries» et affirmait:

«Dans cette Amérique dirigée pour la première fois par un président noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear.» 

L'article, paru le 13 janvier dernier, a refait surface mardi 24 janvier, à l'initiative notamment du site Madmoizelle, repris ensuite par le Huffington Post américain indique France TV Info. Il a depuis été retiré du site Internet, un simple «Oups! Cette page n'existe pas» figurant à la place de l'article.

«Quel dommage! L’article a disparu. Pfuit! Envolé! Une multitude de liens y menaient pourtant, mais quand on clique dessus, on tombe sur un pinceau de maquillage et un poudrier rose. Ah bon? Bah… on est sur le site du magazine Elle donc n’en demandons pas trop non plus!» a commenté Audrey Pulvar.

Cet article, qui se voulait être une analyse du style vestimentaire des femmes noires affirmait également que les femmes noires adaptaient désormais le vestiaire chic avec des accessoires leur rappelant leurs «racines», comme «un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur». Et d'ajouter que Michelle Obama, première dame des Etats-Unis, «revisite en mode jazzy» la garde-robe de Jackie Kennedy.

Valérie Toranian, directrice de la rédaction du magazine, a retiré l'article du site internet et a présenté ses excuses.

«Notre intention n’était nullement de véhiculer des stéréotypes erronés ou racistes, mais bien plutôt de mettre en avant un mouvement passionnant, riche et porteur de sens», a-t-elle expliqué.

Trop tard, le papier avait déjà fait le tour des réseaux et des journaux.

En France, les réactions sont vives. Le site Afrosomething a publié une lettre ouverte à Nathalie Dolivo, l'auteur de l'article, en fustigeant le ton de «colon émancipateur» et les stéréotypes véhiculés par son article «aux relents racistes» indique France TV Info.

Sonia Rolland a déclaré pour sa part sur Facebook:

«J'aimerais surtout qu'on comprenne que la femme noire n'est pas seulement en colère car "elle est rare à la Une de ces féminins", elle l'est surtout car il y a ce genre d'articles réducteurs (ci-joint) pour qualifier sa place et son "pouvoir" dans la société... est-ce normal?»

Outre Manche, l'article a également fait couler beaucoup d'encre. Le New York Magazine dénonce des «généralisations douteuses» et des «stéréotypes dépassés» sur le «style black». Le Huffington Post parle pour lui aussi d'article cliché.

"Des points de vue variés et adaptés sont nécessaires afin d'éviter les articles erronés de ce genre."

La journaliste à l'origine de cet article a indiqué pour sa part:

«Depuis la parution de mon papier (...), les commentaires sont nombreux. Souvent virulents, voire violents et insultants. J’en suis extrêmement peinée, car ils relèvent pour moi du contre-sens. Ils témoignent en tout cas d’un profond malentendu dont je suis tout à fait désolée.» a déclaré la journaliste à l'origine de cet article. L’article se voulait positif: il s’agissait de mettre en avant ces nouvelles figures qui affolent et fascinent l’industrie de la mode et de l’entertainment, du show-business.»

Lu et entendu sur France Inter, The Huffington Post, France TV Info

A lire aussi

Pourquoi je ne suis pas en couverture de Elle

La dépigmentation a la peau dure

Les mille et une coiffures des Africaines