SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Wade sera t-il candidat à la présidentielle?

Le 27 janvier, le conseil constitutionnel sénégalais examine la candidature du président sortant Abdoulaye Wade. Le quotidien sénégalais Wal Fadjri a imaginé trois scénarios possibles sur la décision finale de l'Institution.

Tout d’abord, si le conseil valide la candidature de Wade, le journal estime que le chef d’état arrêtera et emprisonnera tous les candidats de l’opposition, de Mustapha Niasse à Idrissa Seck, en passant par Macky Sall, Oumane Tanor Dieng, ou encore Youssou Ndour. En agissant ainsi, le pouvoir souhaite maintenir l’ordre public.

Dans le deuxième scénario, la candidature est déclarée irrecevable. Dans ce cas, Wal Fadjri prévoit une division du camp Wade. D’un côté, on trouvera les opportunistes qui se rallieront à l’un des candidats de l’opposition, et de l’autre côté, les mécontents feront tous pour saboter la campagne électorale et l’élection présidentielle, n’hésitant pas à menacer physiquement les candidats.

Enfin, dans la troisième hypothèse proposée par le quotidien sénégalais, le Conseil constitutionnel se déclare incompétent sur le cas Wade. Le Sénégal s’enfoncerait dans une crise politique profonde

RFI rapporte que le Mouvement du 23 juin (qui regroupe des partis de l’opposition, la société civile et des mouvements citoyens) appelle, malgré l’interdiction des autorités, ce 27 janvier, à un grand rassemblement, place de l'obélisque à Dakar.

Président du Sénégal depuis 2000, Abdoulaye Wade a l’intention de briguer un troisième mandat. Hors, l’article 27 de la Constitution, ne permet pas de se présenter à la magistrature suprême plus de deux fois. Mais cette Constitution a été adoptée en 2001, soit un an après la première élection de Wade. Ainsi, ce premier mandat ne devrait pas compter.

Selonl  RFI, la majorité des constitutionnalistes Sénégalais n’approuverait pas cette hypothèse et considère que le président sortant a déjà fait ses deux mandats. Certains confrères français estiment que la candidature de Wade est recevable, affirmant que la loi 104 était trop vague.

Le principal interressé ne semble pas inquiet quant à la décision du Conseil constitutionnel. Ce dernier envisage même de se présenter en 2019.

Lu Wal Fadjri, RFI

A lire aussi

Youssou Ndour peut-il devenir président du Sénégal?

Sénégal - Abdoulaye Wade n'a aucun adversaire à sa taille (selon lui)

Youssou Ndour menace le pouvoir Wade

Le Sénégal est-il prêt à faire sa révolution?