SlateAfrique

mis à jour le

Zimbabwe: reprise de la grève des fonctionnaires


Le ministre des Finances du Zimbabwe Tendai Biti lors d'une conférence de presse le 25 janvier 2012 à Harare après l'échec des discussions avec les syndicats AFP Jekesai Njikizana

La grève a repris jeudi dans la fonction publique au Zimbabwe, après l'échec, la veille, des négociations entre syndicats et gouvernement sur un doublement du salaire minimum, réclamé par les grévistes.

Dans les écoles publiques, les plus touchées par ce mouvement lancé lundi, certains enseignants faisaient cours, d'autres non.

Les syndicats avaient rejeté mercredi la proposition du gouvernement d'une rallonge budgétaire de 240 millions de dollars pour les salaires des employés du public, soit une augmentation mensuelle de 87 dollars pour chacun des 230.000 fonctionnaires.

Les syndicats réclament une revalorisation du salaire minimum de 200 à 538 dollars par mois, une couverture médicale et une prime pour les fonctionnaires employés dans les zones rurales.

Les syndicats avaient suspendu la grève mercredi pour les négociations mais avaient indiqué après leur échec qu'ils allaient "reprendre le conflit jusqu'au vendredi 27 janvier".

Les négociations devraient reprendre mardi prochain, avait précisé à l'AFP Tendai Chikowore, porte-parole de l'Apex Council, un regroupement de plusieurs organisations syndicales.

De nombreuses écoles publiques de Harare sont restées fermées depuis le début de la semaine, mais les administrations ont continué à fonctionner.

Un appel similaire à la grève, mais d'une journée, avait été peu suivi la semaine dernière.

Les fonctionnaires, notamment les enseignants, les infirmiers et les médecins, font régulièrement grève depuis 2007.