SlateAfrique

mis à jour le

Guinée - Les coupures d'électricité provoquent des émeutes des fans de foot

Le courant n’est pas venu, le Syli a perdu. Voilà qui résume parfaitement la situation vécue, le 24 janvier, dans la banlieue de Conakry par les supporters du Syli de Guinée, l'équipe nationale de football actuellement engagée dans la CAN 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale.

Ils se sont sentis grugés. Les habitants de la banlieue de Conakry attendaient tous impatiemment le retour du courant dans les foyers pour visionner le match de la CAN Guinée-Mali. En vain! Ce qui a suscité la colère des jeunes des quartiers dits «chauds» de la banlieue de la capitale guinéenne qui sont descendus dans la rue pour l’exprimer.

Au moment même où les joueurs du Syli se faisaient dominés à Franceville (Gabon) par le Mali (0-1) «certains quartiers de Dixinn, Ratoma et Matam [étaient] violemment agités par des manifestations de jeunes protestant contre le délestage dans leurs secteurs», explique Guineenews.org.

Pendant des heures, ces jeunes ont bloqué la circulation routière dressant des barricades, brûlant des pneus et caillassant les véhicules. Cela a provoqué «de nombreux dégâts matériels sur la route Kagbélén-Coyah», explique Kibarou.com qui ajoute que cette «ambiance contraste [avec] celle de la journée à quelques heures du match, marquée par des réjouissances dans toute la capitale».

En effet, avant le début de la rencontre, l’ambiance était festive dans les rues de Conakry. Des fanions à l’effigie de l’équipe du Syli (Eléphant) flottant sur les façades des maisons et les toitures des taxis. Toute la ville brillait aux couleurs nationales Rouge-Jaune-Vert.

Avec effervescence, le courant était attendu car promis. Ces derniers temps, le gouvernement, à travers le ministère en charge de l’Energie, avait multiplié les déclarations annonçant la desserte en électricité pendant les matchs. Soit six heures par jour. Elles redoutaient justement ces émeutes de l'électricité liées aux retransmissions de la CAN 2012 qui ont éclaté une première fois cette année le 16 janvier à Kamsar (300 km de Conakry) faisant un mort et 17 blessés. Aucun bilan n’est disponible pour les nouveaux troubles lors du match Guinée-Mali.

La Guinée reste un pays fortement marqué par le déficit en électricité avec à peine 6% de la population ayant accès au courant. Surnommée «Château d’eau de l’Afrique de l’Ouest», elle ne manque pourtant pas de ressources énergétiques estimées de 6.000 à 7.000 Mégawatts. La mal-gouverance est passée par là.

Lu sur Guineenews, Kibarou

A lire aussi

En Guinée, on craint de ne pas suivre la CAN

Guinée - Pour la CAN, la fée électricité fait des miracles à Conakry

Guinée - Pourquoi la transition n'en finit pas