SlateAfrique

mis à jour le

Guinée - La fée électricité peut-elle faire des miracles à Conakry?

Conakry, ville lumière? Il y a loin de la coupe aux lèvres, certes. Mais le temps d’une coupe, celle d’Afrique des Nations de football (CAN) en l’occurrence, Conakry la capitale guinéenne, entend troquer son image de «capitale la plus obscure d’Afrique» à celle de «Conakry illuminée pour la CAN 2012». C’est le pari du gouvernement guinéen.

Les vidéos-clubs de Conakry (salles publiques de projection) seront-ils désertés durant les matchs de la CAN? Ce n’est pas improbable. Le ministère guinéen chargé de l’Energie entend offrir aux supporters du Syli, l’équipe nationale de football, du courant électrique pour visionner les matchs à la maison.

«Tous les quartiers de la capitale bénéficient au moins de la desserte en courant au moment des matches, de 16 heures à 21 heures GMT, tous les jours» explique le site starafrica.com.

Pour ce faire, l’Electricité de Guinée (EDG), l’entreprise publique qui gère le secteur énergétique, s’appuie une escadrille de 200 nouveaux groupes électrogènes pour fournir «100 mégawatts» de production thermique supplémentaire.

Durant le dernier trimestre de l’année 2011, les autorités ont multiplié les efforts pour améliorer la desserte en électricité, notamment pour les 2.300.000 habitants de Conakry. Quelque 40 millions de dollars auraient été débloqués pour l’achat de matériel dont 52 câbles électriques qui sont arrivés dans la capitale guinéenne en décembre dernier.

Pendant six heures chaque jour, les Conakrykas pourront oublier un temps les habituels délestages. En règle générale, la desserte en électricité à Conakry est assurée un jour sur deux, dans le meilleur des cas. Des délestages si populaires au point d’être célébrés dans une chanson du reggaeman ivoirien, Tiken Jah Fakoly intitulé Conakry électricité.

Si pour les autorités guinéennes, la mesure vise à «soulager la population», elle répond surtout à un impératif de sécurité. En effet, on redoute des manifestations des rues pendant les matchs à la suite de coupures d’électricité. Récemment, le 16 janvier, une émeute liée aux délestages avait éclaté à Kamsar (300 km de Conakry) faisant un mort et 17 blessés.

Quelques semaines plus tôt, une manifestation pour des problèmes similaires avait éclaté à Coronthie, quartier populeux de Conakry, entrainant la séquestration du ministre en charge de l’Energie, Papa Koly Kouroumah.

A quelques heures du match qui oppose le Syli de Guinée aux Aigles du Mali ce mardi 24 janvier à Franceville (Gabon), de Paris à Conakry l’excitation est maximale. A Conakry les fanions rouge-jaune-vert fleurissent sur les toitures de maison, à Paris les restaurants guinéens époussètent tables et écrans en attendant le coup d'envoi.

Lu sur Starafrica, Mediaguinée, Guinéenews, Guineesud

A lire aussi

En Guinée, on craint de ne pouvoir suivre la CAN

Guinée - Pourquoi la transition n'en finit pas

Guinée - La route de tous les dangers