mis à jour le

Zimbabwe: l'armée a mis en garde Mugabe contre un "lynchage"

Les militaires zimbabwéens ont fait pression sur l'ex-président Robert Mugabe pour qu'il se retire en lui indiquant qu'il risquait d'être "lynché", comme l'ancien dirigeant libyen Muammar Kadhafi, s'il s'y refusait, a raconté un de ses proches.

Au pouvoir depuis 1980, M. Mugabe, 93 ans, a quitté le pouvoir en novembre dernier après un coup de force de l'armée et d'importantes manifestations de rue.

"Les généraux nous ont envoyé un message assez effrayant en nous disant +allez voir le président et dites-lui de bien prendre conscience de la situation+", a raconté à la presse son ancien porte-parole George Charamba.

"La possibilité existait d'un scénario à la libyenne, où le président aurait été arraché de sa résidence et lynché", a précisé M. Charamba dans un entretien publié dimanche par l'hebdomadaire local Daily News Sunday.

Le colonel Kadhafi a été renversé en août 2011 par un soulèvement populaire conjugué à une intervention militaire aérienne des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne.

En fuite, il a été tué deux mois plus tard par une foule en colère.

L'armée est intervenue au Zimbabwe après la destitution, sur injonction de la Première dame Grace Mugabe, du vice-président Emmerson Mnangagwa, favori pour succéder à M. Mugabe.

M. Mnangagwa a depuis été nommé président par intérim du pays, jusqu'aux élections générales prévues cette année.

M. Charamba, devenu le porte-parole du nouveau chef de l'Etat, a raconté au Daily News Sunday que Robert Mugabe avait tenté de sauver sa présidence en renommant M. Mnangagwa à son poste de vice-président.

A la fin de la crise, même Mme Mugabe a approuvé la décision de son mari de démissionner, a raconté M. Charamba.

"Même la Première dame y était favorable", a-t-il rapporté. "Quand un président ne contrôle plus les institutions qu'il est censé diriger, il y a un problème. Mais il faut noter que Mugabe n'a jamais refusé de démissionner, il voulait simplement le faire à sa façon", a précisé son conseiller.

AFP

Ses derniers articles: Roch Kaboré, de l'espoir de changement au chaos sécuritaire au Burkina  Burkina: le président Kaboré investi par son parti candidat  Congo: il y a 60 ans, la sécession du Katanga ouvrait un front de la guerre froide en Afrique 

garde

AFP

Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila

Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila

AFP

Barrage sur le Nil: le Soudan met en garde contre une escalade

Barrage sur le Nil: le Soudan met en garde contre une escalade

AFP

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

kadhafi

AFP

Libye: manifestation pour la libération de l'ex-espion en chef de Kadhafi

Libye: manifestation pour la libération de l'ex-espion en chef de Kadhafi

AFP

Libye: Saadi Kadhafi acquitté pour le meurtre d'un entraîneur

Libye: Saadi Kadhafi acquitté pour le meurtre d'un entraîneur

AFP

Libye: le mystérieux sort de Seif al-Islam Kadhafi

Libye: le mystérieux sort de Seif al-Islam Kadhafi

l'armée

AFP

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

AFP

Chef d'AQMI tué: un "succès majeur" pour l'armée française, pressée d'obtenir des résultats au Sahel

Chef d'AQMI tué: un "succès majeur" pour l'armée française, pressée d'obtenir des résultats au Sahel

AFP

Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par l'armée française

Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par l'armée française