mis à jour le

Une femme voilée dans une rue d'Alger pendant la guerre d'Algérie, le 8 janvier 1961. AFP
Une femme voilée dans une rue d'Alger pendant la guerre d'Algérie, le 8 janvier 1961. AFP

France-Turquie: les Algériens ont déjà donné

Seuls les martyrs algériens ne peuvent rien dire, ils sont morts. Le chroniqueur algérien Chawki Amari livre sa lecture de la polémique entre paris et Ankara sur le génocide arménien.

Au départ, les Arméniens, des Charles Aznavour des montagnes qui ne chantent pas, sauf en privé. Puis les Turcs, qui tuent les Arméniens, une bavure en turc, mais un génocide en français. En algérien, il n’y a pas de nom, mais les Turcs, qui ont colonisé l’Algérie, reprochent aux Français ce gros mot et rappellent que les Français ont opéré un génocide en Algérie. Les Français protestent, appelant ce génocide une guerre de bonne guerre en français officiel, vieille langue atteinte d’Alzheimer, un Allemand dont le pays a colonisé la France.

L'instrumentalisation des conflits

Puis le Premier ministre algérien Ouyahia appelle les Turcs à ne pas faire de commerce avec le sang des martyrs algériens. Puis les Sahraouis arrivent, là où personne ne les attendait. Soltani, islamiste opportuniste [à la tête du parti islamiste MSP ndlr] allié aux Turcs, explique que les Turcs, en citant le génocide algérien, sont de bonne foi et que c’est comme si on accusait l’Algérie de faire commerce avec le Sahara occidental, fauchant au passage Ouyahia accusé de défendre la France. La réponse arrive par le biais d’éditorialistes: Soltani dérape, c’est un traître. Mais aux Sahraouis, pas aux Algériens. En fait, Ouyahia n’aime pas les Turcs, Soltani n’aime pas les Français, les Français aiment le pétrole, les Algériens la mayonnaise.

Entre les Turcs et les Sahraouis, les nationalistes algériens ont choisi les Sahraouis. Mais les islamistes algériens préfèrent les Turcs, qui eux préfèrent les Algériens aux Français, que n’aiment pas les Algériens. Seuls les martyrs algériens ne peuvent rien dire, ils sont morts. Du groupe O positif, donneurs universels, ils ont donné leur sang aux Turcs, aux Français et même aux islamistes algériens, 200.000 morts. Et les Arméniens? Il ne faut pas arrêter de chanter. Il faut tuer Charles Aznavour, Français d’origine arménienne, et l’enterrer en turc au Sahara pour boucler la boucle. Juste après lui avoir donné la nationalité algérienne.

Chawki Amari (El Watan)


A lire aussi

Le couple franco-algérien, une histoire qui dure...

L'attente, ce mal algérien

Sarkozy n'a pas de leçon à donner à la Turquie

Comment la Turquie d'Erdogan séduit l'Afrique du Nord

France-Turquie: Et si Sarkozy s'était pris une gifle?

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Arménie

Vu d'Alger

Sarkozy n'a plus de leçon à donner à la Turquie

Sarkozy n'a plus de leçon à donner à la Turquie

Charles Aznavour

Sénégal

Saint-Louis, la belle métisse s'encanaille

Saint-Louis, la belle métisse s'encanaille

colonisation

AFP

Marine Le Pen: "La colonisation a beaucoup apporté, notamment

Marine Le Pen: "La colonisation a beaucoup apporté, notamment

AFP

En Afrique du Sud, scandale autour de tweets sur la colonisation

En Afrique du Sud, scandale autour de tweets sur la colonisation

Algérie

La colonisation a été plusieurs fois qualifiée de crime contre l’humanité

La colonisation a été plusieurs fois qualifiée de crime contre l’humanité