SlateAfrique

mis à jour le

Maroc: Trois diplômés chômeurs s'immolent par le feu à Rabat

Plusieurs chômeurs marocains (les chiffres oscillent entre 3 et 5) se sont immolés à proximité d'un bâtiment du ministère de l'Education le mercredi 18 janvier à Rabat, capitale du Maroc et deuxième ville du pays derrière Casablanca, informe l'agence américaine Associated Press.


«Brûlés au 2e et au 3e degré, Omar Akaoui 28 ans, Master en Chimie; Zaydoun Abdowahab, 27 ans mastère en droit et Mahmoud El Haouas, 25 ans, mastère en droit pénal, ont été conduits à l’hôpital Ibn Sina de Rabat avant d’être transférés à Ibnou Rochd de Casablanca», indique au site Yabiladi Aziz Sbaâi, le responsable des relations presse du groupe des cadres chômeurs.

Ayant pris d’assaut l’annexe du ministère de l’Education nationale, les diplômés chômeurs manifestaient pacifiquement depuis le 5 janvier. Depuis cette date ils criaient leur ras-le bol et réclamaient une intégration directe dans la fonction publique pour tous. D’après Aziz Sbaâi, tout a dégénéré lorsqu’il y a eu l’intervention musclée des forces de l’ordre.

«Des personnes sont venues à notre secours avec de la nourriture et des médicaments, les autorités les en ont empêché. C’est à ce moment que nous avons décidé d’allumer le feu. Tous nous voulions le faire», a-t-il déclaré.

Plusieurs vidéos violentes publiées sur YouTube montrent le moment où les jeunes hommes passent à l’acte devant les autres manifestants apeurés et scandalisés devant cette scène. Naturellement les autres manifestants présents courent vers les flammes et les immolés afin de leur venir en aide. Les femmes crient.

«C’est paradoxal parce qu’on parle d’un nouveau Maroc…, mais les choses ne font qu'empirer. Et le fait est qu’il n’y a pas que les chômeurs qui sont marginalisés», s’indigne la présidente de l’Association marocaine des droits de l’homme, Khadija Ryadi.

 

L’une des vidéos montre un des rescapés, la peau brûlée et en lambeaux, crier de douleur et de résignation. L'incident s'est produit pendant que la police dispersait les autres protestataires essayant de marcher vers le palais royal.

Lu sur Yabiladi

 

A lire aussi

Cette saisissante immolation par le feu

Feu sur le corps de l'Algérien

Le Maroc, une monarchie modèle

S'immoler en Algérie, un acte politique