SlateAfrique

mis à jour le

La Françafrique, nouveau pré carré des Américains?

Le 18 janvier, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a achevé une tournée de deux jours en Afrique de l’Ouest. Après s’être rendue au Liberia, elle a visité des pays francophones de la région, des Etats «membres» de la Françafrique. Le quotidien algérien Liberté estime que les Etats-Unis ont l’intention de les séduire.

Hillary Clinton s’est rendue à Abidjan, capitale de la Côte d'Ivoire le 17 janvier. En 20011, les Etats-Unis étaient la seule puissance occidentale avoir fermement soutenu Alassane Ouattara au moment de la crise postélectorale (décembre 2010 – avril 2011). Clinton était donc à Abidjan pour «cueillir les retombées» de ce soutien.

Porte-parole du gouvernement ivoirien, Koné Bruno Nabagné estime que la visite de la secrétaire d’Etat est «la preuve que la Côte d’Ivoire est à nouveau fréquentable».

«C’est un signe que la normalité est de retour dans notre pays», ajoute t-il.

Hillary Clinton a félicité Alassane Ouattara et l’a encouragé au dialogue avec ses adversaires politiques. La secrétaire d’Etat s’est également entretenue avec Guillaume Soro, Premier ministre ivoirien. Les questions de coopération en matière de sécurité dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime ont été abordées.

Auparavant, ces questions étaient exclusivement évoqués par l’ «ancienne puissance coloniale française». D’ailleurs, la France entretient une grande base militaire en Côte d’Ivoire. Avec celles basées au Tchad et en Mauritanie, c’est la plus importante d’Afrique. C’est la première depuis 1986 qu’un secrétaire d’Etat américain se rendait en Côte d’Ivoire.

Clinton a poursuivi sa tournée au Togo. C’est la première fois qu’un membre de l’exécutif visite ce pays. L’objectif est  de «rencontrer le chef de l’État, Faure Gnassingbé, en vue de manifester le soutien des États-Unis au progrès démocratiques et aux réformes économiques effectués par le Togo et aussi, féliciter ce pays pour sa récente élection au Conseil de sécurité des Nations unies», reprend Liberté.

La secrétaire d’Etat a terminé sa tournée au Cap-Vert et soigneusement évité le Sénégal. Malgré cette tournée, l’intérêt des Etats-Unis pour l’Afrique semble faible, Hillary Clinton n’étant restée que quelques heures dans chaque pays.

Lu sur Liberté

 

A lire aussi:

La Françafrique n’est pas un astre mort

De la Françafrique à la Françafric

Françafrique: le chant du cygne?

La Françafrique n'est pas morte