SlateAfrique

mis à jour le

L'encens, l'arme de séduction des Sénégalaises

«Persil», «Samedi soir», «Crème de minuit», «Grand combat», «Casse tout», etc. Si ces noms peuvent paraître étranges, ils sont pourtant bien connus au Sénégal, surtout par les femmes.

Ce n’est pas l’hiver dans ce pays semi-désertique. Mais, les mois de décembre et de janvier, il fait froid. Une période qui contraste avec la canicule habituelle que connaît le pays. Le froid est donc souvent l'occasion de paresser au lit, sous la chaleur d’une couverture, pour une grasse matinée apaisante.

Pour joindre l’utile à l’agréable, les épouses sénégalaises, friandes de coquetterie, profitent notamment de cette période pour donner une agréable senteur à la maison. Et pour retenir un peu plus longtemps leur compagnon au lit, elles ont un secret: l’encens, (Thiouraye en wolof)

Cette substance obtenue à partir d’un mélange de résine d’arbre et d’autres fragrances est, au côté des bin-bin (ceinture de perles), une arme de séduction pour les sénégalaises, particulièrement en période de froid.

«Ce qui les motive à utiliser l'encens pendant la période de fraîcheur, c'est le souci de faire plaisir à leur partenaire», rapporte le quotidien Le Populaire.

«En période de fraîcheur passer des moments intimes avec son [mari] est plus doux, c'est pourquoi les femmes mettent du Thiouraye. Actuellement ça marche bien», se réjouit Aïda Sow, elle-même vendeuse d’encens.

Le «Thiouraye » est brûlé dans un encensoir dégageant une fumée qui embaume agréablement toute la maison. Vendu entre 10.000 et 20. 000 francs CFA (entre 6,5 et 13 euros) le kilogramme, on le trouve sur tous les marchés au Sénégal. Les vendeurs rivalisent d’originalité pour trouver des noms incitateurs et érotiques pour attirer la clientèle: «Roffo», «Grand combat», «Modou Lo», «Ray Dioxogn», «Samedi soir»...

Pour les femmes en général être belle et sentir bon vont de pair. Pour les Sénégalaises, le Thiouraye est incontournable pour séduire et être belle comme l’explique Madame Diouf, nouvellement mariée:

«Le Thiouraye fait partie de la toilette quotidienne de toute femme. Quand il fait frais, les bonnes odeurs se sentent mieux. Et comme on privilégie le contact physique avec son partenaire en cette période, il faut mettre les astuces qu'il faut.»

«Mon mari aime le Thiouraye, raconte Marie Faye, la trentaine. Quand il rentre du travail le soir, il aime trouver de bonnes odeurs, c'est pourquoi je me casse la tête pour lui faire plaisir.»

  «Quand il fait frais, on a besoin de chaleur humaine. Et cette chaleur, on ne peut l'avoir qu'auprès de son bien aimé», conclut-elle.

Lu sur Le Populaire

 

Lire aussi:

L’arme de séduction massive des Sénégalaises

La dépigmentation a la peau dure

Miss Black France, du « militantisme esthétique »

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?