mis à jour le

Massacre de 2009 en Guinée:renvoi devant un tribunal criminel

L'enquête sur le massacre de septembre 2009 dans un stade de Conakry est terminée et les prévenus renvoyés devant un tribunal criminel, a affirmé le ministre guinéen de la Justice, Cheick Sako.

"Je suis heureux de vous annoncer que l'instruction judiciaire sur le massacre du stade de Conakry en 2009 est terminée ce 29 décembre 2017. (Elle) a pris presque sept ans", a déclaré vendredi soir à la presse M. Sako.

"L'ordonnance de renvoi devant le tribunal criminel a été prise en même temps ce vendredi, ouvrant la voie à un procès", a-t-il ajouté.

Il a annoncé avoir déjà pris un arrêté créant un comité de pilotage en vue de la "préparation matérielle du procès à venir".

Pour "une affaire aussi importante que celle du 28 septembre, une affaire de crimes de masse, il n'y a pas de délais, pas de prescription non plus. Qu'on le veuille ou pas, cette affaire sera jugée ici en Guinée. Je ne sais pas quand, mais elle sera jugée", a assuré le ministre. 

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé des contributions financières pour la tenue du procès et l'Etat guinéen doit budgéter sa contribution en 2018, a dit M. Sacko, sans avancer de chiffres.

"Si on n'a pas d'argent, on ne fera pas ce procès (...) qui va au moins durer 8 à 10 mois", a-t-il indiqué.

Dans un communiqué en novembre, les ONG, dont la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et l'Association des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009 (Avipa), avaient demandé le renvoi des 14 prévenus, "dont l'ex-chef de la junte Moussa Dadis Camara, devant le tribunal de Dixinn, afin de permettre l'ouverture d'un procès dès 2018".

Le 28 septembre 2009, des militaires avaient tué au moins 157 personnes et violé 109 femmes, dans un stade de Conakry où étaient rassemblés des milliers d'opposants à la candidature à l'élection présidentielle du chef de la junte de l'époque, Moussa Dadis Camara, selon une commission internationale d'enquête de l'ONU.

Moussa Dadis Camara vit en exil au Burkina Faso, où il a été inculpé en juillet 2015 par des magistrats guinéens pour son implication présumée dans le massacre.

Son ancien aide de camp, Aboubakar Sidiki Diakité, dit Toumba Diakité, extradé du Sénégal vers la Guinée en mars 2017, fait également partie des prévenus.

AFP

Ses derniers articles: Ventes d'armes  Libye: le gouvernement d'union dit gagner du terrain au sud de Tripoli  Le chef de l'ONU bientôt en RDC pour encourager la lutte contre Ebola 

criminel

AFP

Incendie criminel dans une mosquée en Afrique du Sud

Incendie criminel dans une mosquée en Afrique du Sud

AFP

CPI: l'ex-rebelle Ntaganda assure être un "revolutionnaire", pas un criminel

CPI: l'ex-rebelle Ntaganda assure être un "revolutionnaire", pas un criminel

AFP

Afrique du Sud: incendie criminel

Afrique du Sud: incendie criminel

massacre

AFP

"On les a suppliés": des rescapés rwandais du massacre de Bisesero dénoncent un "scandale français"

"On les a suppliés": des rescapés rwandais du massacre de Bisesero dénoncent un "scandale français"

AFP

RDC: nouveau massacre

RDC: nouveau massacre

AFP

Centrafrique: le groupe accusé d'un massacre livre trois de ses éléments

Centrafrique: le groupe accusé d'un massacre livre trois de ses éléments

tribunal

AFP

Soudan: arrivée au tribunal du président déchu Omar-el-Béchir, jugé pour "corruption" (AFP)

Soudan: arrivée au tribunal du président déchu Omar-el-Béchir, jugé pour "corruption" (AFP)

AFP

Soudan: un tribunal ordonne la fin du blocage d'internet (avocat)

Soudan: un tribunal ordonne la fin du blocage d'internet (avocat)

AFP

De retour en Egypte, un chef jihadiste va être jugé par un tribunal militaire

De retour en Egypte, un chef jihadiste va être jugé par un tribunal militaire