mis à jour le

CAN-2019 au Cameroun: le président de la CAF

Le président de la Confédération africaine de football Ahmad Ahmad s'est montré à la fois rassurant et menaçant sur l'organisation de la CAN-2019 par le Cameroun, mardi à Abidjan, ajoutant qu'il ne reculerait pas sur l'élargissement à 24 participants. 

"Si le pays qui l'accueille (la CAN) n'arrive pas à l'organiser, nous trouverons un pays qui va l'organiser", a-t-il affirmé sans citer le Cameroun, mais insistant sur le fait qu'il ne reviendrait pas en arrière, soulignant que le passage de 16 à 24 permettrait d'éviter l'absence fréquente de certains grands pays. 

Interrogé ensuite sur le sujet, il a précisé: "Quant au Cameroun 2019, je ne peux pas anticiper, mais toutes les autorités du pays jusqu'au sommet de l'Etat nous ont toujours confirmé qu'ils seraient prêts". 

"On a envoyé un cahier des charges (...) Au jour J, on va voir les rapports du cabinet indépendant (...) qui nous permettront de dire +le Cameroun sera prêt ou ne sera pas prêt+. On ne négociera rien", a-t-il toutefois poursuivi. 

Début août, Ahmad Ahmad avait jugé que le Cameroun n'était "pas prêt", suscitant une polémique sur une éventuelle réattribution de la CAN, alors que le Cameroun avait obtenu l'organisation sur un cahier des charges à 16 équipes. Le passage à 24 avait été préconisé en juillet 2017 lors d'un symposium.

CAF

AFP

Cameroun: main tendue

Cameroun: main tendue

AFP

Mondial-2026: le président de la CAF appelle

Mondial-2026: le président de la CAF appelle

AFP

CAN-2019: Hayatou critique son successeur Ahmad

CAN-2019: Hayatou critique son successeur Ahmad

président

AFP

Troubles en Tunisie: le président Essebsi critique la presse étrangère

Troubles en Tunisie: le président Essebsi critique la presse étrangère

AFP

Afrique du Sud: le pouvoir du président Jacob Zuma ne tient plus qu'

Afrique du Sud: le pouvoir du président Jacob Zuma ne tient plus qu'

AFP

Angola: le président Lourenço nie toute tension avec son prédécesseur

Angola: le président Lourenço nie toute tension avec son prédécesseur