SlateAfrique

mis à jour le

Madagascar - Le petit dernier de la grande famille des lémuriens

D’une discrétion exemplaire, un nouveau résident vient d’être officiellement répertorié à Madagascar. Il mesure un peu moins de 27cm, pèse moins de 70g et vit la nuit dans la forêt. C’est un lémurien, d’une espèce jusque-là inconnue au monde.

Dotée d’une biodiversité à faire rougir les scientifiques de toute la planète, la Grande Île recèle encore de trésors méconnus dans sa faune et sa flore. Elle abrite une multitude d’espèces endémiques. Cette dernière trouvaille est le fruit des recherches d’une équipe germano-malgache. Baptisé Microcebus Gerpi, le nom de ce nouveau petit lémurien s’inspire de l’organisation malgache Groupe d'Etude et de Recherche sur les Primates de Madagascar (Gerp). Cette association est à l’origine des enquêtes de terrain réalisées en 2008 et 2009 dans la forêt primaire humide de Sahafina, à l’est du pays. Les travaux de recherches ont été publiés dans la revue scientifique Primates. Les auteurs de l’article racontent les conditions de leur découverte.

«Nous avons visité une région peu étudiée de l’est de Madagascar, une forêt humide proche du parc national de Mantadia, afin d’étudier et collecter des données supplémentaires sur les petits lémuriens», résument-ils.

La survie des lémuriens à Madagascar est menacée par la destruction de leur habitat. D’après la Gazette de la Grande Île, «l'existence de ces espèces fait partie de la raison d'être de cette association. Car le GERP a pour mission de contribuer à la connaissance de ces lémuriens qu'ils soient subfossiles ou actuels dans les sites naturels, les parcs, les jardins zoologiques et les laboratoires.»

Et d'ajouter: «Afin d'assurer la protection de ces espèces, l'association améliore l'environnement et le cadre de vie des communautés locales vivant aux alentours des aires protégées.» En effet, ces populations sont des usagers de la forêt d'où elles retirent des moyens de subsitance.

Les données récoltés et les prélèvements effectués sur le terrain ont été analysés par une équipe de chercheurs allemande. «Le professeur Ute Radespiel de l’Institut de Zoologie de l’université d’Hanovre a pu établir que le petit lémurien nocturne de la forêt de Sahafina est une nouvelle espèce», rapporte le site Science Daily.

Avec ses 68g, le Microcebus Gerpi surpasse le Microcebus Lehilahytsara pèsant 44g et vivant à une cinquantaine de kilomètres, dans l'aire protégée voisine de Mantadia. Il est la 19e espèce de microcebus existante à Madagascar qui compte une centaine d’espèces de lémuriens

Sur la Grande Île, le professeur Jonah Ratsimbazafy, secrétaire général du GERP, n’est pas peu fier de cette richesse. «Madagascar ne représente que 0,4% de la planète mais 20% des primates, dont fait partie le Microcebus Gerpi, s’y trouvent».

Lu sur Science Daily, PrimatesLa Gazette de la Grande Île, L'Express de Madagascar

A lire aussi

Madagascar - Comment les lémuriens finissent dans les assiettes

Richard Branson s'offre les lémuriens de Madagascar

Madagascar - L'araignée la plus spectaculaire du monde

Les guitares Gibson seraient fabriquées avec du bois de rose