mis à jour le

Le Gabon certifié "pays libre de la polio" par l'OMS

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré le Gabon "pays libre de poliomyélite", étant donné l'absence de cas déclarés ou suspects dans le pays.

L'OMS "a recommandé de prendre les mesures nécessaires pour pérenniser les acquis de la surveillance épidémiologique des paralysies flasques aigües", méthode de référence pour détecter les cas de poliomyélite, selon un communiqué obtenu samedi par l'AFP.

Lors d'une conférence de presse rapportée samedi par le journal pro-gouvernemental L'Union, la ministre de la Santé Denise Mekam'ne Edzidzie a rappelé "la responsabilité des familles qui doivent continuer de faire vacciner les enfants et éviter une résurgence de cette maladie".

La poliomyélite, causée par un virus qui prolifère dans des conditions sanitaires précaires, détruit le système nerveux, pouvant entraîner la paralysie et la mort. Il n'existe pas de traitement curatif. Seul le vaccin permet d'éviter la maladie.

Après des centaines de milliers de cas de polio dans les années 1980, seules 37 personnes ont été infectés en 2017, selon l'OMS.

La transmission endémique du virus - qui touche principalement des enfants de moins de cinq ans - se poursuit au Pakistan, en Afghanistan et au Nigeria.

Gabon

AFP

Santé d'Ali Bongo: le Gabon "disposé"

Santé d'Ali Bongo: le Gabon "disposé"

AFP

Législatives au Gabon boycottées par le rival du président Bongo

Législatives au Gabon boycottées par le rival du président Bongo

AFP

Législatives au Gabon les 6 et 27 octobre

Législatives au Gabon les 6 et 27 octobre

l'OMS

AFP

La lutte contre la paludisme au point mort, selon l'OMS

La lutte contre la paludisme au point mort, selon l'OMS

AFP

Ebola et affrontements en RDC: villa de l'OMS touchée par un obus, 16 personnels provisoirement envoyés

Ebola et affrontements en RDC: villa de l'OMS touchée par un obus, 16 personnels provisoirement envoyés

AFP

Ebola en RDC: situation inquiétante, mais pas une "urgence mondiale" pour l'OMS

Ebola en RDC: situation inquiétante, mais pas une "urgence mondiale" pour l'OMS