mis à jour le

Dinars irakien le 19 avril 2003. Reuters/Morteza Nikoubazl
Dinars irakien le 19 avril 2003. Reuters/Morteza Nikoubazl

Le Printemps arabe converti en dinars algériens

Tout ne s'achète pas. Les cadeaux d'Alger ne donneront pas plus de liberté aux Algériens.

Selon des chiffres rendus publics par les  journaux, les Algériens ont acheté près de 3 000 véhicules en 2011. Le total vaut autant pour le reste des produits et des mariages. D'où vient l'argent? Du printemps arabe transformé en rappel de salaires et en augmentation avec effet rétroactif depuis la mort de Boumediène. Les premiers heureux sont les gens de l'Etat, les policiers, les «corps», les hauts fonctionnaires, puis les fonctionnaires, puis tous ceux qui ont l'audace de faire pression ou grève ou de marcher à Alger pour obtenir de l'argent et pas seulement un discours sur la prochaine Constitution. Les autres, ceux qui n'ont rien fait, n'auront pas droit à du neuf en voiture ou en chaussures. C'est dire que, finalement, le plan de Constantine anti-révolution a réussi. Pour une année. Les Algériens ne demandent pas la chute du régime mais qu'il paye des rançons. Le peuple a fait déjà une guerre gratuite, il veut donc une paix payante. Possible, dans de larges proportions.

Fin de l'Histoire ou début de l'Indépendance?

Question, cependant, d'ordre des fins dernières de l'histoire universelle: qu'est-ce qui se passera quand tout le monde aura été augmenté? Que va-t-il arriver à l'histoire nationale quand nous aurons 36 millions de voitures avec 36 millions de logements et 36 millions de tout ce qui va de la chaussure à l'écran 3D? Serait-ce la fin de l'histoire et le début de l'indépendance ou la fin d'un cycle avec commencement d'un autre cycle où il faudra  distribuer 36 millions de villas? On ne sait pas. Pour cette année morte, le régime a payé de l'argent pour passer sa route. Cela donne de mauvaises idées et de mauvaises habitudes pour le futur et la valeur du travail. Imaginez si De Gaulle avait réussi à vendre son plan de Constantine contre le FLN révolutionnaire. Que se serait-il passé? Il aurait ralenti le «dégage» et l'aurait reporté de vingt ou trente-six ans. Mais après les routes pour indigènes, les écoles pour indigènes, les emplois pour indigènes, les chaussures neuves pour indigènes, les indigènes auraient tôt ou tard demandé un pays, le pays des indigènes.

Tout ne s'achète pas

On peut acheter un livre d'histoire mais on ne peut acheter l'histoire. Ceci pour faire dans le grandiloquent. A court terme, les augmentations de salaires contre des restrictions des libertés semblent être une bonne formule consensuelle. Une formule de contentement mutuel. Mais cela ne résout pas le problème, comme dit plus haut. Les vieux colons français le savaient, eux qui ont refusé l'instruction pour les humbles indigènes de 1900: après l'école, ils vont (nous) demander l'indépendance. Que demande un Algérien quand il a une voiture neuve? De bonnes routes, puis des routes qui mènent à un but, puis un but dans la vie et une vie dans la nation et une nation, pas seulement une augmentation.

Le pays a été préservé cette année et on espère une suite pour cette paix. Mais il y a sûrement un chemin entre le chaos qui coûte et l'alimentation générale qui avilit. Possible?

Kamel Daoud

A lire aussi

Pourquoi l'Algérie n'explose pas

36 millions de demandeurs, un poste

Le Brigadier anti-émeute, homme de l'année 2011

 

 

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

FIS

Cinéma

Le Repenti: Quand l'Etat algérien décrétait l'amnésie collective

Le Repenti: Quand l'Etat algérien décrétait l'amnésie collective

Algérie

Algérie: Faut-il sacrifier le peuple ou le mouton?

Algérie: Faut-il sacrifier le peuple ou le mouton?

Immigration

Les rêves des sans-papiers algériens

Les rêves des sans-papiers algériens

printemps arabe

Tunisie

Emel Mathlouthi: «Ce n’est pas le Printemps arabe qui m’a inspiré, mais la condition d’avant»

Emel Mathlouthi: «Ce n’est pas le Printemps arabe qui m’a inspiré, mais la condition d’avant»

Politique

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

Après le Printemps Arabe

Le réveil des sociétés civiles au Maghreb est une promesse pour l'avenir

Le réveil des sociétés civiles au Maghreb est une promesse pour l'avenir

FLN

AFP

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie

Les Algériens élisent leur président

Les Algériens élisent leur président

L'après-17 avril

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne