mis à jour le

homme de feu by Gimli_36 via Flickr
homme de feu by Gimli_36 via Flickr

Feu sur le corps de l'Algérien

Le corps devient la première cible des Algériens devant l'injustice et le mépris des autorités civiles.

«En une année, soixante tentatives d’immolation par le feu à Oran». C’est le titre d’un article de presse qui ne fait ni scoop, ni révolution. La preuve, il est publié en pages intérieur, avec le statut d’un fait divers. En Algérie, le feu ne prend pas, sur les immolés. Eclairages.

Le Corps algérien est donc cerné: il est accusé d'être un péché, d'être en trop sur sa terre, d'être gênant pour le chiffre ou le discours, d'être partout et pour rien. On le porte avec haine de soi, avec la grimace parce qu'il coûte de l'argent, avec vanité quand il est gros et bien nourri ou rebondi et attirant, avec discrétion, quand c'est le corps d'une femme. Il est aussi malade, traînant, mal soigné, peu amusant et peu amusé, incapable de la joie et de la danse et non synchronisé avec les musiques du monde.

Le corps maudit en Algérie?

C'est le premier qu'on frappe ou qu'on évite, dans le couple ou lors des manifs. C'est le lieu de tous les malaises dits sociaux. L'espace fini d'habitants au nombre infini. Tout le monde a un avis sur le corps de l'autre, d'ailleurs. Mais c'est aussi le dernier lieu où l'Algérien est chez lui. A défaut de logements en nombre suffisant, de lieux de loisirs, de plages non voilées, de droit au nudisme ou au muscle heureux comme les statuts des Grecs et à défaut d'un pays équitable, de forêts ouvertes aux poumons, de lieux de pique-nique et d'espaces verts, l'Algérien ne se sent chez lui que dans son corps. A moitié d'ailleurs. L'autre moitié du corps est déjà affaire de trop de religion et d'interdits, de fatwas et d'inquisition ou de marchandage esthétique. On comprend donc pourquoi l'Algérien se bat avec son corps, entièrement et totalement, le tenant dans une seule main. C'est sa seule fortune.

Le corps, seul ennemi des Algériens devant l'injustice

Quand donc rien ne va, que l'Algérien se sent mal, trahi, confronté à l'injustice ou à la violence ou à l'absurde, c'est contre son propre corps que l'Algérien se retourne. Puisqu'il n'a pas d'amis, il a un seul ennemi à portée de main: son corps. C'est alors qu'il le brûle, s'immole, met le feu à sa flamme et se consume et se carbonise. L'immolation est une institution et elle se généralise ailleurs qu'à Oran et dans le sud. La raison? Tout le monde en connaît au moins une. L'acte n'est qu'un choix d'allumette et de temps et de thermostat.
Quand donc l'Algérien ne comprend pas, s'estime lésé et puni, il se punit: parce qu'il n'y a aucune autre institution de médiation entre lui et l'adversaire, il ne lui reste que la dernière institution que l'on peut toucher de la main: le corps. Alors l'Algérien le brûle. C'est un geste qui permet à la fois de brûler l'histoire et la géographie en même temps. On résout le problème en se débarrassant du problème. On s'attaque contre la seule personne que l'on sait incapable de se défendre: soi-même. On se tue à défaut d'arme ou de conviction pour tuer les autres. On se fait justice en se faisant injustice. On accuse tous les autres vivants de sa propre mort. Le suicide peut, parfois, souvent, être un crime commis par la collectivité sur l'individu.

Le corps algérien, tout le monde lui en veut

L'immolation est donc une institution, la dernière. C'est parce qu'il n'y a pas de Justice, d'élus vraiment élus, de société civile, de bonnes consciences, de convictions, de médiation, de compréhension ou d'intelligence ou de Chambre haute ou d'écoute ou parce qu'on estime qu'on est lésé dans un droit, ou un droit au butin, qu'on attrape le premier passant de son périmètre, c'est-à-dire soi-même et on le tue. C'est vous dire que le corps algérien est cerné : tout le monde lui en veut. Les islamistes, les religieux, les conservateurs, les chasseurs de jupes, les complexés, les historiens, les martyrs qui n'ont plus de corps, l'âge, l'usure, la mer, les inondations et les voisins et même, en dernier, le bénéficiaire du corps lui-même.

Kamel Daoud

Cet article a d'abord été publié dans le quotidien d'Oran

A lire aussi

Le pays où l'immolation par le feu se banalise

Cette saisissante immolation par le feu

Face au Printemps arabe, l'Algérie fait profil bas

Crépuscule des Algériens sans lendemain

S'immoler en Algérie, un acte politique

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

immolation

Printemps arabe

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

LNT

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Actualités

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

printemps arabe

Tunisie

Emel Mathlouthi: «Ce n’est pas le Printemps arabe qui m’a inspiré, mais la condition d’avant»

Emel Mathlouthi: «Ce n’est pas le Printemps arabe qui m’a inspiré, mais la condition d’avant»

Politique

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

Après le Printemps Arabe

Le réveil des sociétés civiles au Maghreb est une promesse pour l'avenir

Le réveil des sociétés civiles au Maghreb est une promesse pour l'avenir