mis à jour le

Cameroun: l'armée repousse une attaque dans une ville du sud-ouest anglophone

L'armée camerounaise a repoussé une attaque de séparatistes présumés dans une localité du sud-ouest anglophone, faisant des "morts" chez les assaillants, a appris l'AFP vendredi de sources sécuritaires.

"Un groupe de sécessionnistes a attaqué la localité de Dadji" jeudi, dans la zone de Mamfé, épicentre de la crise anglophone", a affirmé un responsable sécuritaire.

"L'armée a repoussé l'attaque", faisant "des morts chez les assaillants", a-t-il ajouté, sans plus de précision.

L'attaque a été confirmée à l'AFP par un militaire.

Aucun bilan officiel ni de revendication des groupes séparatistes n'étaient disponibles vendredi.

Dans la nuit de lundi à mardi, un violent incendie avait partiellement détruit le marché de Mamfé.

"L'incendie est survenu dans la nuit de lundi à mardi autour de 03h00 du matin", a affirmé à l'AFP un responsable sécuritaire de Mamfé, confirmant une information rapportée par des habitants de la ville.

"L'environnement (marqué par une dégradation de la situation sécuritaire, NDLR) nous fait penser qu'il peut s'agir d'un incendie criminel, mais aucun suspect n'a été interpellé, a-t-il poursuivi.

Début décembre, la brigade de gendarmerie de Mamfé avait été prise pour cible par des hommes armés, identifiés comme des "sécessionnistes" par des sources sécuritaires camerounaises à l'AFP.

Fin novembre, quatre militaires avaient été "assassinés" dans la région attenante à la ville.

La ville de Mamfé, capitale de la Manyu, dans la province du Sud-ouest, est devenue ces dernières semaines l'épicentre des violences entre les forces de sécurité gouvernementales et des "assaillants" que le gouvernement affirme être des "sécessionnistes".

La sécurité dans les régions anglophones du Cameroun, en proie à une grave crise socio-politique depuis un an, s'est considérablement dégradée en un mois.

Depuis novembre 2016, la minorité anglophone du Cameroun - environ 20% des 23 millions d'habitants - proteste contre sa marginalisation, certains exigeant le fédéralisme, d'autres la sécession. Le régime de Yaoundé rejette ces deux options.

attaque

AFP

Cameroun: le domicile du secrétaire général de la présidence attaqué

Cameroun: le domicile du secrétaire général de la présidence attaqué

AFP

Kenya: un dixième rhinocéros est mort, le onzième attaqué par des lions

Kenya: un dixième rhinocéros est mort, le onzième attaqué par des lions

AFP

Nigeria: huit morts dans une attaque suicide contre une mosquée

Nigeria: huit morts dans une attaque suicide contre une mosquée

l'armée

AFP

Fatigue et colère dans l'armée nigériane après l'intensification des attaques de Boko Haram

Fatigue et colère dans l'armée nigériane après l'intensification des attaques de Boko Haram

AFP

Centrafrique: USA et Chine font des dons de véhicules

Centrafrique: USA et Chine font des dons de véhicules

AFP

Zimbabwe: le président prône l'apaisement, l'armée dans les rues de Harare

Zimbabwe: le président prône l'apaisement, l'armée dans les rues de Harare

ville

AFP

Echanges de tirs

Echanges de tirs

AFP

Au Cameroun, la ville d'Amchidé ravagée par les assauts de Boko Haram

Au Cameroun, la ville d'Amchidé ravagée par les assauts de Boko Haram

AFP

Dans la ville frontalière de Badme, les Ethiopiens rejettent la paix avec l'Erythrée

Dans la ville frontalière de Badme, les Ethiopiens rejettent la paix avec l'Erythrée