SlateAfrique

mis à jour le

Afrique du Sud - L'ANC fête ses 100 ans dans la discorde

Plus de 46 chefs d'Etat sont attendus aux festivités du centenaire de la création de l'ANC, le parti sud-africain symbole de la lutte contre l'apartheid et synonyme de Nelson Mandela. Les festivités doivent débuter ce vendredi 6 janvier, et vont se poursuivre jusqu'au 8 janvier 2012, cent ans jour pour jour après la création du parti.

A 93 ans, le prisonnier politique le plus célèbre au monde est le plus attendu de ces célébrations. L'Afrique du Sud espère que son ancien président soit présent aux événements prévus tout au long du week-end mais pour l'instant, rien n'assure la présence de Madiba (le surnom affectueux de Nelson Mandela). Nelson Mandela n'est pas apparu en public depuis la dernière Coupe du monde de football qui s'est déroulé en Afrique du Sud à l'été 2010.

«L'esprit est plus important que la présence d'un homme âgé», a déclaré la présidente de l'ANC, Baleka Mbete au hebdomadaire sud-africain Mail & Guardian.

Plus de 100.000 personnes sont attendues pour ce centième anniversaire. Parmi les convives, le président nigérian Goodluck Jonathan, le président ougandais Yoweri Museweni, l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki et le Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu. Tous les partis politiques sud-africains doivent également être présents.

Au programme des festivités ce week-end, un tournoi de golf, des cérémonies traditionnelles et une messe dans l’église qui a vu naître le mouvement, indique RFI. A minuit le samedi 7, une «flamme du centenaire», symbole de la résistance de l'ANC qui a donné espoir à tout le continent africain, sera allumée. L'histoire des 100 ans de l'ANC sera également racontée en chansons et en musique. L'actuel président sud-africain Jacob Zuma doit, lui, faire un discours dimanche 8 janvier.

Les célébrations doivent avoir lieu à Bloemfontein, situé au centre du pays dans L'Etat libre. C'est là qu'a été créé le South African Native National Congress, le 8 janvier 1912, par une assemblée de notables dans une église d’un township de Bloemfontein, et qui prendra le nom d'African National Congress (ANC) en 1923.

Interdit pendant plus de trente ans (en 1960), le parti est aujourd'hui au pouvoir depuis 1994. Il est le plus ancien mouvement de libération d’Afrique.

«Tout le monde est le bienvenu», a indiqué au Mail & Guardian, la présidente de l'ANC, Baleka Mbete. «Il n'y a pas besoin d'accréditation, toute personne en Afrique du Sud ou sur le continent africain est libre d'assister aux cérémonies.» a-t-elle ajouté.

Seul Julius Malema, ancien président de la ligue des jeunesse de l'ANC, —suspendu en novembre 2011 pour cinq ans après avoir été reconnu coupable de semer la division au sein du parti au pouvoir—, est l'un des grands absents de ce centième anniversaire de l'ANC.

Lu sur Mail & Guardian, RFI

A lire aussi

Voir Mandela et s'enrichir

Nelson Mandela, l'homme qu'on attendait trop

Malema, symbole d'une jeunesse en colère

Mandela, un business comme un autre?

Mandela, une marque qui vaut de l'or