mis à jour le

lettres de Scrable by Dinkydarko via Flickr
lettres de Scrable by Dinkydarko via Flickr

Les 10 mots de l'année 2011

Elles sont entrées dans l'histoire. Retour sur les expressions qui ont marqué l'Afrique en 2011.

Dégage!

Incontestablement le hit de l'année, synonyme de révolte générale tout en étant un message de non négociation en direction des dirigeants. Apparu au tout début de l'année 2011 en Tunisie quand la classe moyenne a pris fait et cause pour les chômeurs et déshérités du Sud, ce mot a servi  de cri de ralliement pour chasser le président dictateur Ben Ali. Médiatique et médiatisé, écrit d'abord en Français pour passer à la télévision, il a vite fait le tour de la planète. D'Egypte en Syrie passant par la Libye et le Yémen, le mot a été repris en arabe (irhal) pour sa concision, de mise là où il n'y a plus grand chose d'autre à dire pour en finir avec les régimes policiers et corrompus.

Signe des temps, à la fin de l'année 2011, avec la mort du dictateur nord-coréen, des ballons ont été envoyés de Corée du Sud vers leurs cousins du Nord avec ce message écrit dessus:  «Faites comme les Africains». En d'autres termes, entrez dans l'Histoire, changez de système et dégagez vos dictateurs. D'ailleurs, vu d'Asie, le printemps arabe est d'abord africain et non pas arabe. Géographiquement, l'idée se tient, les trois pays qui se sont soulevés et ont chassé leurs dictateurs en 2011, Tunisie, Egypte et Libye sont en Afrique. A l'inverse, aucun pays arabe du Moyen-Orient n'a encore réussi à chasser ses dirigeants. L'Afrique, berceau de l'humanité et ultime cimetière de la dictature?

Triple A (AAA)

La crise européenne a aussi été au centre de l'année 2011, avec cet effrayant pouvoir des banques qui ont financiarisé toutes les économies modernes en prenant en otages des pays entiers, au détriment de leur rôle traditionnel d'investisseurs et de partenaires de la croissance. Pour évaluer ces banques, devenues les monstres ingrats du néo-libéralisme, les agences de notation ont fait leur apparition dans le grand public, attribuant des notes aux banques pour tester leur résistance à un crash général. En termes scolaires, le triple A (AAA), bonne note, est le contraire de triple buse, la terminologie reprenant les mots de l'école et les agences  reprenant à leur avantage l'énorme pouvoir de déstabilisation des banques, par sa capacité à les juger. Ce qui a ouvert la voie à d'autres questions, peut-on noter les agences de notation et noter ensuite ceux qui vont les noter?

Twitt

Si le célèbre Facebook est orienté vers la vie sociale, Twitter est davantage un outil d'information, chaque «twitt» étant une donnée brute d'actualité qui circule à grande vitesse en touchant un maximum de personnes. Prenant de cours les médias traditionnels, trop lents, devenus peu crédibles ou dirigés par des lobbies pas toujours éthiques, le Twitt est devenu cette année le vecteur d'information le plus direct. Vrais ou faux, les Twitts ont réussi en cette période marquée par les guerres, luttes et crises à obtenir le statut de nouvelle arme de (des)information massive. Ce qui attire tous les marchands d'armes du monde. Qui va racheter Twitter?

Baltaguiyas

Sur la place Tahrir du Caire où s'est joué cette année le démantèlement du régime Moubarak, des milices civiles pro-régime ont à nouveau fait leur apparition pour déloger avec violence les insurgés. Ces baltaguiyas, pluriel de baltagui, ont choqué tout le monde par leur criminelle allégeance et le mot a fait le tour du monde arabe et désigne un peu partout ces armées de barbouzes, paramilitaires et mercenaires pré-payés utilisés par les régimes pour mener ces asymétriques combats entre civils rebelles et pouvoirs centraux. D'une manière générale, on traite depuis 2011 de Baltaguiyas les médias stream-line (dominants), les philosophes médiatiques, les groupes d'intérêt et les législateurs, les politiques et les stars du show-business. Tout est baltagui ou ne l'est pas, c'est-à-dire inféodé au pouvoir de l'argent ou en révolte permanente contre l'autorité dominante qui gère l'injuste répartition des richesses.

Indignés

De l'indignation nait la révolte. Dans la foulée du printemps arabe et de la crise financière européenne, des mouvements spontanés se mettent à occuper Madrid, puis d'autres villes occidentales, puis Wall Street, à travers le mouvement «Occupy», après que Stéphane Hessel, écrivain et ancien résistant français a publié fin 2010 à l'âge honorable de 93 ans, un bref opus (Indignez-vous) qui va faire le tour du monde. Ce best-beller (3 euros, une vingtaine de pages, plus de 2 millions d'exemplaires vendus en France) est dans l'air du temps, il rappelle la nécessité pour l'être humain de garder intacte sa capacité à s'indigner. Couplée aux révoltes du monde arabe, à la crise financière et au chômage universel, l'indignation se transmet un peu partout dans le monde et ouvre la voie à de nouvelles méthodes de lutte et de contestation. Indignez-vous avant que les pouvoirs en place ne s'indignent à leur tour contre l'indignation.

Zenga Zenga

Autre tube de l'année, ce terme est apparu lors du premier discours de Kadhafi après le soulèvement libyen de février, où il jurait de déloger et tuer les rats (les insurgés) «zenga zenga», rue par rue. Ironie de l'histoire, le dictateur aura fini terré dans un égout comme un rat, déterré par les insurgés. Une fin presque similaire pour Ben Laden, tué sans procès, pratiquement en direct. Ce double mot Zenga Zenga a été ensuite repris par l'ensemble du monde arabe pour désigner ce long combat de «street-fighting» pour déloger les régimes, Zenga Zenga, rue par rue, dans ces grands paysages urbains où se sont déroulées les guérillas de l'année, en Egypte ou en Irak, avant le retrait forcé américain. L'urbain révolté, homme de l'année, revient après les années de suprématie du sage rural, du terroir repère et de l'exception culturelle.

Immolation

Sidi Bouzid, bourgade du Sud tunisien, une policière gifle un jeune chômeur, Bouazizi. Celui-ci s'asperge d'essence et s'allume comme une grande flamme de désespoir, de protestation et de courage. L'histoire s'emballe, c'est la révolte, du Sud, la colère gagne le Nord, le dictateur Ben Ali est chassé, puis gagne l'Est, où l'Egypte et la Libye délogent à leur tour leurs dictateurs. Depuis, il ne se passe pas un jour sans qu'un immolé par le feu n'enflamme l'actualité, du Maroc à la Syrie en passant par l'Algérie ou le Yémen. C'est par son immolation que le jeune Bouazizi aura ouvert sans le savoir une nouvelle séquence historique dans la région. Aujourd'hui, une statue en son honneur est érigée dans le village de Sidi Bouzid. Tout un symbole.

Troussage

Après une vague accalmie sur le plan sexuel, les puissants s'amusent de nouveau. Les stars people ou du sport se jettent à corps perdus dans la consommation de chair, si possible celles de jeunes femmes dociles à travers le procédé du troussage de la faible pourvoyeuse de charmes par l'homme riche et dominant. Le retour en 2011 de la sex-attitude, orgies, harcèlements, cadeaux ou prestations payables d'avance, viols et rapts en Afrique, provoque polémiques, scandales et procès qui remettent la pulsion assumée du prédateur au centre d'un monde désenchanté et névrotique où plus rien n'est plus important que la vidange de son inconscient. Pendant qu'au Sud, les islamistes collectivistes prennent petit-à-petit le pouvoir par une réaction de moralisation sur fond de misogynie tout aussi névrotique. Sur la ligne de front, soumise ou pas, la femme, créature de l'année autour de laquelle se joue l'avenir de l'humanité.

al-Jazeera

«L'île» en Arabe, cette petite chaîne qui montait, montait, a atteint le sommet en cette année 2011, où elle a non seulement été l'œil des insurgés arabes mais a aussi pris part aux révoltes en soutenant directement toutes les luttes pour le changement. En intégrant des journalistes professionnels venus de tout le monde arabe et en mettant de gros moyens à disposition de ses reporters, Al Jazeera la petite qatarie, quoique contestée sur ses propres régions (émeutes mal médiatisées en Arabie Saoudite, Bahrein ou Emirats Arabes) aura gagné ses galons de télévision d'échelle planétaire, supplantant les grands networks sur la couverture du monde arabe mais aussi de l'Afrique et de l'Asie. Du point de vue arabe, c'est l'œil qui s'inverse, d'abord, il ne s'agit plus pour le téléspectateur arabe de regarder ce qu'il se passe chez lui par la fenêtre télévisée de l'Occident ou des chaînes panarabes qui émettent de Londres mais de voir à travers son œil propre, et aussi de surveiller son régime, après que «l'œil de Moscou» eut surveillé ses populations à travers ses lourds dispositifs médiatiques. Le pouvoir rend aveugle mais la révolte rend tout visible.

MP4

Successeur du MP3 audio, le MP4 est l'un des formats les plus utilisés de compression des vidéos prises à l'aide d'un téléphone portable. Avec les réseaux sociaux sur Internet, la vidéo MP4 sur appareil mobile retransmet l'actualité et les scènes de révolte (ou de répression) presque en direct et joue un rôle considérable dans l'insurrection et la transmission de l'information brute, supplantant les télévisions qui elles-mêmes vont reprendre ces petites vidéos de très mauvaise qualité pour les passer en boucle sur écran TV comme de vrais documents filmés. La généralisation du téléphone portable dans le monde arabe aura ainsi joué un rôle clé dans les soulèvements par cette capacité à tout filmer discrètement et n'importe où, en retransmettant le fait sans commentaires sur Internet ou vers d'autres téléphones portables ou dispositifs numériques de sauvegarde quand les réseaux sont coupés pour contenir les révoltes. Quel format en 2012? Quelles révoltes et indignations l'année prochaine? Quel nouveau sens de l'Histoire, si toutefois la vieille Maya n'avait pas raison, avec une fin du monde prévue courant 2012? 

Chawki Amari

A lire aussi

Comment se débarrasser d'un dictateur

AAA: chronique d'une catastrophe annoncée

Révolution 2.0 ou aubaine marketing?

Le Briguadier anti-émeute, homme de l'année 2011

Oakland-Le Caire: "un seul même poing"

Mohammed Bouazizi parle encore aux Tunisiens

Cette saisissante immolation par le feu

Ruby, l'escort girl qui décontenance le Maroc



Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

DSK

group promo consulting

France: DSK renvoyé en correctionnelle pour proxénétisme dans l’affaire du Carlton

France: DSK renvoyé en correctionnelle pour proxénétisme dans l’affaire du Carlton

group promo consulting

VIDEO. Italie : une journaliste accuse DSK d'agression sexuelle

VIDEO. Italie : une journaliste accuse DSK d'agression sexuelle

Wafaa Taha Latik - Lemag

Cannes : DSK sur le tapis rouge avec sa nouvelle campagne, la marocaine "Myriem L'Aouffir"

Cannes : DSK sur le tapis rouge avec sa nouvelle campagne, la marocaine "Myriem L'Aouffir"

Hosni Moubarak

main basse

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Révélations

Les petites confidences de Moubarak

Les petites confidences de Moubarak

Egypte

Hosni Moubarak est sorti de prison

Hosni Moubarak est sorti de prison

Mohamed Bouazizi

Alertes

Est-il le Mohamed Bouazizi du Rwanda?

Est-il le Mohamed Bouazizi du Rwanda?

Tunisie

Trop de vieux politiciens, place aux jeunes

Trop de vieux politiciens, place aux jeunes

Tunisie

La deuxième révolte de Sidi Bouzid

La deuxième révolte de Sidi Bouzid