mis à jour le

Mohammed VI et Nicolas Sarkozy à Marrakech, le 27 octobre 2007.
Mohammed VI et Nicolas Sarkozy à Marrakech, le 27 octobre 2007.

Les vacances à Marrakech, un rituel de la Sarkozie

La venue à Marrakech de Carla Bruni, l’épouse de Nicolas Sarkozy, confirmerait que la ville ocre est le lieu fétiche de la tribu présidentielle pour ses escapades d’hiver, et la rumeur s’en mêle…

Qui l’aurait cru? Ni les révolutions arabes, ni l’attentat meurtrier du café Argana qui avait fait une vingtaine de morts pour la plupart français, n’ont découragé le gotha parisien des inconditionnels de Marrakech. On le sait, la ville a toujours eu ses habitués, célébrités, artistes et autres jet-setteurs en ont fait une sorte de St-Tropez du désert depuis des lustres. A gauche DSK en a fait sa seconde résidence, mais depuis quelques années, la cité ocre est aussi devenue le lieu de vacances hivernales préféré des proches du président Sarkozy.

Carla et Giulia, mais sans Nicolas

En 2010, c’était la cohue dans le sillage du couple présidentiel qui avait fait de ce Noël un millésime d’exception. Brice Hortefeux, le fidèle de Sarkozy était de ceux-là, Jean-Louis Borloo qui se rêvait en Premier ministre avait fait lui aussi le déplacement avec son épouse la journaliste Béatrice Schonberg, Hervé Morin, alors à la Défense avait ramené toute sa tribu familiale et bien d’autres qui se sont discrètement fondu dans la masse des VIP venu profiter de la douceur des palaces et des riads enchanteurs.

Cette année, ce qui n’était qu’une habitude devient un rituel. C’est Carla Bruni, l’épouse du président français qui le démontre. Pour la troisième année consécutive, elle s’est envolée pour Marrakech pour y passer les fêtes de fin d’année.Un record pour une première dame de France que seule Bernadette Chirac lui conteste, elle qui avec Jacques avaient fait du Maroc et l’oasis de Taroudant en particulier leur destination fétiche lorsque le mercure à Paris flirtait avec le zéro.  

Carla, accompagnée de son bébé Giulia, mise au monde en octobre réside dans une propriété privée, selon une source citée par l’AFP,  qui a ajouté que sa délégation est composée d'une dizaine de personnes dont des agents français de la sécurité. La résidence dont il est question n’est autre que Jnan Kébir, le palais royal niché dans la palmeraie que les Sarkozy connaissent bien pour y avoir séjourné à plusieurs reprises à l’invitation du roi du Maroc. La rumeur disait que Nicolas Sarkozy envisageait de rejoindre son épouse à Marrakech pour quelques jours de vacances, mais il s’est finalement décommandé pour «rester à Paris et travailler» dit-on à l’Elysée.

Juppé à La Mamounia?

D’autres, moins soucieux du qu’en dira-t-on et visiblement oublieux des consignes en ces temps délicats de campagne présidentielle auront cédé aux sirènes de la « perle du sud » à en croire le très austère quotidien casablancais L’Economiste, peu familier des ragots. Le journal croit savoir que «l’UMP sera représenté en force. De sources concordantes, Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, serait attendu dans les jours à venir à La Mamounia. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a également opté pour Marrakech pour fêter le passage à 2012». Info ou simples racontars? On imagine mal Juppé prendre le risque de se voir comparé à Michèle Alliot-Marie et ses accointances dommageables avec la Tunisie de Ben Ali.

Kech, cible des conservateurs

Il est fort à parier que les officiels marocains veulent se convaincre que la première ville touristique du royaume demeure le lieu de villégiature des puissants de France et d’ailleurs. Car depuis les révolutions arabes et la victoire des islamistes aux législatives marocaines, Kech comme la nomme ses aficionados, vit des moments difficiles. Les touristes, s’y font de plus en plus rares.

 Les manifestations du Mouvement du 20 février, ces jeunes indignés marocains qui dénoncent l’autoritarisme de la monarchie, la crise économique en Europe, ont fini par porter l’estocade à la folie Marrakech. Même le Festival international de cinéma dont les paillettes donnaient à la ville l’image d’une Hollywood du Maghreb subit les foudres des conservateurs. Aussi, à Marrakech, on préfère croire que rien n’a changé et on laisse libre cours à la rumeur…

Ali Amar

A lire aussi

La villa de Sarkozy à Marrakech, un cadeau de Mohammed VI?

A Marrakech, DSK fait encore tourner les têtes

Au Maroc, DSK retrouve ses Madeleines proustiennes

 

Ali Amar

Ali Amar. Journaliste marocain, il a dirigé la rédaction du Journal hebdomadaire. Auteur de "Mohammed VI, le grand malentendu". Calmann-Lévy, 2009. Ouvrage interdit au Maroc.

Ses derniers articles: Patrick Ramaël, ce juge qui agace la Françafrique  Ce que Mohammed VI doit au maréchal Lyautey  Maroc: Le «jour du disparu», une fausse bonne idée 

Alain Juppé

L'après-Ben Ali

Vers un printemps subsaharien?

Vers un printemps subsaharien?

Vu d'Abidjan

Copé et Fillon sous l'arbre à palabres

Copé et Fillon sous l'arbre à palabres

Le match Angola - Nigeria

L'Angola va-t-elle étendre son influence en Afrique?

L'Angola va-t-elle étendre son influence en Afrique?

réformes au Maroc

Maroc

Il faut interdire d'interdire le cannabis

Il faut interdire d'interdire le cannabis

MAROC

Dix contre-vérités sur Benkirane

Dix contre-vérités sur Benkirane

étrangers

Dur d'être noir au Maroc

Dur d'être noir au Maroc

DSK

group promo consulting

France: DSK renvoyé en correctionnelle pour proxénétisme dans l’affaire du Carlton

France: DSK renvoyé en correctionnelle pour proxénétisme dans l’affaire du Carlton

group promo consulting

VIDEO. Italie : une journaliste accuse DSK d'agression sexuelle

VIDEO. Italie : une journaliste accuse DSK d'agression sexuelle

Wafaa Taha Latik - Lemag

Cannes : DSK sur le tapis rouge avec sa nouvelle campagne, la marocaine "Myriem L'Aouffir"

Cannes : DSK sur le tapis rouge avec sa nouvelle campagne, la marocaine "Myriem L'Aouffir"