mis à jour le

Manifestation de protestation de Franco-Turcs à Paris, le 22 décembre 2011. © Charles Platiau / Reuters
Manifestation de protestation de Franco-Turcs à Paris, le 22 décembre 2011. © Charles Platiau / Reuters

France-Turquie: Et si Sarkozy s'était pris une gifle?

La presse algérienne ne boude pas son plaisir depuis le début de la querelle entre Paris et Ankara.

Mise à jour du 24 janvier: La Turquie a vivement condamné hier l'adoption définitive par le Sénat français d'une loi pénalisant la négation des génocides, notamment celui des Arméniens par les Turcs en 1915, brandissant la menace d'une "rupture totale" des relations diplomatiques entre Paris et Ankara.

***

Les réactions n’ont pas tardé en Algérie, après la sortie pour le moins fracassante de Recep Tayyip Erdogan, le 23 décembre. Le  Premier ministre turc a accusé la France d’avoir commis un «génocide» en Algérie. Cela faisait suite à l’adoption par les députés français d’une proposition de loi réprimant la négation des génocides, dont celui du génocide arménien de 1915, qu'Ankara a toujours réfuté.

Cette sortie d’Erdogan n’a pas manqué de produire son effet et de mettre l’Algérie en plein centre de la polémique. Tous les titres algériens y sont revenus ce week-end. Le site web d’information Algérie 360 fait un état de la situation. Il se limite, peut-être par souci de prudence, à rappeler les derniers développements de la querelle entre Paris et Ankara. Algérie 360, estime aussi que, désormais c’est Sarkozy  qui «tente de calmer le jeu». Mais le site Internet publie aussi une réaction du Front de Libération Nationale (FLN) qui considère, par la voix de son porte-parole Kassa Aïssa, que le Recep Tayyip Erdogan n’a fait qu’exprimer «une exigence historique».

Effet boomerang

Pour le quotidien El Watan, l’Algérie se retrouve ainsi, peut-être bien malgré elle,  au cœur de la crise entre la France et la Turquie. Le journal ne mâche pas ses mots:

«En voulant réanimer le fameux «génocide» arménien, la France, sous la houlette de Nicolas Sarkozy, a rallumé un brasier avec la Turquie.»

El Watan estime également que la réaction du président français à cette sortie d’Erdogan, si elle visait manifestement à calmer le jeu, est loin de ramener le Premier ministre turc à de meilleurs sentiments. Nicolas Sarkozy, lors des obsèques de l’ex-président tchèque Vaclav Havel, le 23 décembre, a déclaré:

«Je respecte les convictions de nos amis turcs, c’est un grand pays, une grande civilisation, ils doivent respecter les nôtres.»

Des propos qui viennent appuyer un communiqué du ministère français des Affaires étrangères, selon lequel «la Turquie est pour la France un allié et un partenaire stratégique, avec lequel le développement de nos relations a enregistré des progrès remarquables dans tous les domaines depuis des années».

«Pas suffisant pour faire revenir le scandalisé Erdogan à de meilleurs sentiments», écrit El Watan dans son édition du 24 décembre.

Pour sa part Le Quotidien d’Oran reprend à loisir les déclarations de Recep Tayyip Erdogan, juste après le vote des députés français. Le Premier ministre turc a évoqué des «calculs électoralistes» et fait savoir «à quel point le racisme, la discrimination et l'islamophobie ont atteint des dimensions dangereuses en France et en Europe.»

Les leçons de l’Histoire

Le Quotidien d’Oran voit dans cette querelle franco-turque, l’histoire de l’arroseur arrosé. Le journal estime que cette affaire pourrait «avoir des conséquences économiques importantes, la Turquie étant l'un des principaux partenaires économiques et commerciaux de la France hors Union européenne».

Nicolas Sarkozy a pourtant fait savoir que «la France ne donnait de leçon à personne». Mais Le Quotidien d’Oran assène:

«Le problème est qu'elle a bien essayé de donner la “leçon” à la Turquie sans tirer la leçon de sa propre histoire. C'est l'argument d'Erdogan et il semble plus que pertinent.»

Un parti pris évident que tente discrètement de suivre les Dernières nouvelles d’Algerie (DNA). Le site d’information  revient assez en détails sur l’origine de la querelle et parle d’une «guerre des mots » entre la Turquie et la France. Avant de conclure en reprenant une réaction de Pal Sarkozy, le père du chef de l’Etat français, qui dément avoir été en Algérie comme l’a prétendu le Premier ministre turc.

Le quotidien d’information Liberté, utilise la même expression que son confrère DNA. Lui aussi parle d’une guerre des mots entre Paris et Ankara:

«La guerre des mots entre Paris et Ankara se déplace sur le terrain algérien et fait remonter à la surface l’exigence de repentance, ou du moins la reconnaissance officielle par la France de ses crimes commis en Algérie.»

Comme la plupart des titres de la presse algérienne, le quotidien Liberté s’efforce de traduire le sentiment qui domine en Algérie depuis le début de l’affaire. Une ambiance où nombre d’observateurs semblent boire du petit lait, galvanisés par la sortie d’Erdogan. Liberté indique ainsi que «la colère d’Ankara est telle que la crise diplomatique entre les deux pays est bien entamée».

Raoul Mbog

 

A lire aussi

Sarkozy n’a pas de leçon à donner à la Turquie

17 octobre 1961: le déni de mémoire

L’histoire oubliée du printemps nationaliste algérien

17 octobre 1961 : un massacre d’Etat

Sarkozy est-il un néocolonisateur?

Raoul Mbog

Raoul Mbog est journaliste à Slate Afrique. Il s'intéresse principalement aux thématiques liées aux mutations sociales et culturelles et aux questions d'identité et de genre en Afrique.

 

 

Ses derniers articles: Les femmes de Boko Haram sont aussi dangereuses que les hommes  Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»  Bienvenue en enfer 

Ankara

AFP

La Libye bombarde un cargo turc, un mort selon Ankara

La Libye bombarde un cargo turc, un mort selon Ankara

AFP

L'Egypte expulse l'ambassadeur turc, Ankara promet la "réciprocité"

L'Egypte expulse l'ambassadeur turc, Ankara promet la "réciprocité"

AFP

Egypte: Paris veut éviter la guerre civile, Ankara veut une réunion de l'ONU

Egypte: Paris veut éviter la guerre civile, Ankara veut une réunion de l'ONU

génocide

AFP

Rwanda: l'épineuse question de l'enseignement du génocide

Rwanda: l'épineuse question de l'enseignement du génocide

AFP

En Namibie, les victimes du génocide de 1904 en quête de réparations

En Namibie, les victimes du génocide de 1904 en quête de réparations

AFP

Dire au théâtre le génocide du Rwanda, le défi de Dorothée Munyaneza

Dire au théâtre le génocide du Rwanda, le défi de Dorothée Munyaneza

génocide arménien

Mémoire

France-Turquie: une dispute entre colons

France-Turquie: une dispute entre colons