mis à jour le

Génocide au Rwanda: le Franco-Rwandais Claude Muhayimana renvoyé aux assises pour "complicité"

Le Franco-Rwandais Claude Muhayimana est renvoyé devant la cour d'assises pour "complicité" du génocide de 1994 au Rwanda, accusé d'avoir transporté des miliciens ayant perpétré des massacres de Tutsi, a appris lundi l'AFP de source judiciaire et auprès des parties civiles.

Le juge d'instruction a ordonné le 9 novembre le renvoi aux assises de cet ancien chauffeur d'hôtel pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité par aide et assistance, tout en abandonnant les poursuites pour une partie des faits, conformément aux réquisitions du parquet de Paris. C'est la troisième fois que la justice française ordonne un procès en lien avec ce génocide qui a fait 800.000 morts, selon l'ONU, très majoritairement au sein de la minorité tutsi.

AFP

Ses derniers articles: RDC: un mort dans des heurts autour de concessions minières  Soudan: arrivée au tribunal du président déchu Omar-el-Béchir, jugé pour "corruption" (AFP)  Zimbabwe: armée et police déployées en force 

Assises

AFP

Génocide au Rwanda: un ancien préfet rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un ancien préfet rwandais renvoyé aux assises en France

AFP

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

AFP

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

génocide

AFP

Controverse sur Mitterrand et le génocide au Rwanda: 25 après, toujours "un déni"

Controverse sur Mitterrand et le génocide au Rwanda: 25 après, toujours "un déni"

AFP

Génocide en Namibie: appel des tribus herero et nama contre l'Allemagne

Génocide en Namibie: appel des tribus herero et nama contre l'Allemagne

AFP

Attentat déclencheur du génocide au Rwanda: des parties civiles veulent relancer l'enquête

Attentat déclencheur du génocide au Rwanda: des parties civiles veulent relancer l'enquête