SlateAfrique

mis à jour le

Guinée-Equatoriale - Le football, c'est une affaire d'Etat

Pays hôte de la Coupe d’Afrique des Nations 2012 (CAN), l’année se termine mal pour la Guinée-Equatoriale. L’équipe nationale vient de perdre son sélectionneur, apprend-on sur le site de l'Association France-Guinée équatoriale.

L’entraîneur français Henri Michel ne supportait plus «l'ingérence du ministre des Sports dans les affaires de la sélection de football». Le 21 décembre, ce dernier a décidé de démissionner. Ce n’est pas la première fois que l’ancien footballeur renonce à son poste de sélectionneur. Le 18 octobre, Henri Michel avait déjà proposé sa démission. A la demande de Teodoro Bbiang Nguema Mbasogo, président de la Guinée-Equatoriale, le Français s’était finalement rétracté.

Cette fois la décision du technicien semble irréversible. Ce dernier a d’ores et déjà été remplacé par l'Equato-Guinéen Castor Nopo. Le ministre des Sports Francisco Pascual Eyegue Obama Asue, qui a nommé le nouvel entraineur, qualifie la démission d’Henri Michel de «sabotage». Apparemment, il n’a aucune intention de cesser ses ingérences.

«Le football, c'est d'abord une affaire de l'Etat»

L’homme politique tacle également Henri Michel pour son manque d’élégance, ce dernier ayant annoncé son départ, peu de temps avant un déplacement important au Ghana:

«Quand le gouvernement avait déjà mis l’argent pour cet entraînement et à 48 heures du déplacement de l’équipe, qui était prévue pour ce jeudi [22 décembre], Henri Michel m’a téléphoné pour m’informer du changement de plan. Désormais, l’équipe doit jouer en Afrique du Sud et non plus au Ghana. Cette situation, en plus d’être totalement improvisée, implique en outre un manque de respect envers les dirigeants du secteur.»

Afrik Foot a rapporté les propos du sélectionneur sur les raisons de sa démission:

«J’ai cessé mon activité une deuxième fois parce que les conditions ne sont pas réunies, parce qu’il y a plus de problèmes politiques que de problèmes sportifs.»

Le Français avait déjà entraîné des équipes africaines. En 1994, le technicien a dirigé les Lions Indomptables du Cameroun. Un an plus tard, Henri Michel se retrouve à la tête de la sélection marocaine. Avec les Lions de l’Atlas, le Français participe à la Coupe du monde de 1998. L’équipe est éliminée au premier tour. De 2001 à 2002, il entraîne la Tunisie avant de prendre en main les Eléphants de Côte d’Ivoire entre 2004 et 2006. En 2007, le technicien retrouve pour un an l’équipe nationale du Maroc.

En décembre 2010, le Français reprenait la sélection équato-guinéenne. Lors de la conférence de presse annonçant, le technicien s‘était montré très confiant:

«Mes ambitions, c'est de réussir l'organisation de la CAN, le challenge est de créer une équipe solide», rapportait Eurosport.

A un mois du début de la CAN cette démission est un coup dur pour la sélection nationale.

Lu sur Association France-Guinée équatoriale, Afrik Foot

A lire aussi

Que vaut la CAN 2012?

La valse des entraîneurs du sport-roi d'Afrique

Du Sénégal à la France, il n’y a qu’un pas

CAN 2012- Les Sud-Africains nuls de la tête