mis à jour le

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Le premier ministre français Édouard Philippe et son homologue marocain, Saadeddine El Othmani, ont appelé jeudi à développer les échanges pour faire du Maroc une "plate-forme" de développement vers l'Afrique, "terre d'opportunité", "continent d'avenir".

"Je crois à la capacité des entreprises françaises à se développer à partir de la plate-forme marocaine", a affirmé le Premier ministre français en ouverture d'un forum économique franco-marocain à Skhirat, ville balnéaire au sud de Rabat. Rappelant la croissance économique et démographique du continent, il a souligné que l'Afrique était "une terre d'opportunité".

Son homologue marocain a pour sa part rappelé que le royaume entendait devenir "le pôle d'excellence du continent africain" en appelant à "davantage de coopération pour investir en Afrique" et développer "ce continent d'avenir", "dans une logique de gagnant-gagnant".

Le roi Mohammed VI a développé ces dernières années une politique africaine très active, marquée en début d'année par le retour du royaume au sein de l'Union africaine (UA) après plus de trente ans d'absence.

Soutenu par la France dans ses ambitions, le royaume se prépare à intégrer la communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), une adhésion qui doit être actée d'ici la fin de l'année. 

Pour les deux pays, il s'agit de joindre leurs efforts face à des concurrents internationaux puissants, et notamment la Chine, qui a fait une spectaculaire percée sur le continent africain en s'appuyant sur sa capacité d'investissement et sur un soutien bancaire colossal, comme l'ont souligné plusieurs participants du forum.

Interrogé par l'AFP, le président du comité Afrique Medef, Gérard Wolf, qui emmenait une délégation d'une quarantaine de chefs d'entreprise français, voit ainsi le Maroc comme un "hub", "une plate-forme dotée d'infrastructures pour conquérir l'Afrique Subsaharienne".

La compagnie nationale aérienne Royal air Maroc s'emploie depuis plusieurs mois à développer son réseau aérien, notamment vers l'Afrique de l'Est, depuis son hub de Casablanca.

La France est le premier partenaire économique du Maroc et fut longtemps son premier partenaire commercial avant d'être supplantée par l'Espagne.

Face à ces "parts de marché qui s'érodent", Edouard Philippe a exhorté à s'ouvrir à "de nouveaux acteurs" et appelé les sous-traitants industriels déjà présents, PME et start-up, "encore très insuffisamment sur le marché marocain", à s'implanter et "essaimer".

Aujourd'hui, 800 filiales d'entreprises françaises, dont 33 du CAC40, sont implantées au Maroc et les investissements étrangers sont pour un tiers hexagonaux. 

Édouard Philippe, arrivé mercredi soir au Maroc pour une visite officielle de 24 heures, doit poursuivre ses rencontres, jeudi, notamment autour de la jeunesse et de l'éducation.

Afrique

AFP

Afrique du Sud: deux fermiers blancs reconnus coupables du meurtre d'un adolescent noir

Afrique du Sud: deux fermiers blancs reconnus coupables du meurtre d'un adolescent noir

AFP

Afrique du Sud: l'opposition radicale nie être impliquée dans un scandale bancaire

Afrique du Sud: l'opposition radicale nie être impliquée dans un scandale bancaire

AFP

Zimbabwe: le vice-président en Afrique du Sud pour des soins

Zimbabwe: le vice-président en Afrique du Sud pour des soins

Paris

AFP

Francophonie: grincements de dents en Afrique face

Francophonie: grincements de dents en Afrique face

AFP

L'Aquarius demande

L'Aquarius demande

AFP

Libye : Paris maintient la pression pour des élections en décembre

Libye : Paris maintient la pression pour des élections en décembre

Rabat

AFP

Mondial-2018: Rabat crie sa déception après l'élimination du Maroc

Mondial-2018: Rabat crie sa déception après l'élimination du Maroc

AFP

Sahara occidental: Téhéran dément "fermement" les accusations de Rabat

Sahara occidental: Téhéran dément "fermement" les accusations de Rabat

AFP

Sahara occidental: Téhéran dément "fermement" les accusations de Rabat

Sahara occidental: Téhéran dément "fermement" les accusations de Rabat