mis à jour le

Le président Abdoulaye Wade le 8 mars 2008 à Dakar. Reuters / Finbarr O'Reilly
Le président Abdoulaye Wade le 8 mars 2008 à Dakar. Reuters / Finbarr O'Reilly

Abdoulaye Wade: une obsession nommée Senghor

Le chef de l'Etat sénégalais est en perpétuelle compétition avec le premier président de son pays. Dans ses moindres faits et gestes, il ne manque jamais une occasion de se comparer à son illustre prédécesseur. Sans manifestement en avoir la carrure.

Habitué  des coups d’éclat, le président Wade a récemment encore fait parler de lui. La dernière « Waderie » en date -comme les Sénégalais appellent les initiatives souvent controversées du chef de l’Etat sénégalais- est sa décision de faire des « Dents de la mer », la résidence du défunt président Léopold Senghor, un musée où seront stockés les cadeaux reçus par les anciens chefs d’Etat au cours de leur mandat. Accompagné de quelques collaborateurs, Wade a fait un tour dans cette maison mythique, presque à l’abandon, où le temps semble s’être arrêté avec des chambres bien rangées et une bibliothèque bien ordonnée qui reflètent bien la personnalité de son propriétaire, un homme organisé et méthodique.

Gardiens de la mémoire du président-poète

Il n’en fallait pas plus pour faire ruer dans les brancards les « Senghoristes » historiques, gardiens de la mémoire du président-poète. Ainsi, le poète Amadou Lamine Sall a marqué sa désapprobation. Un autre  proche de Senghor, l’écrivain Hamidou Sall, ami d’enfance de son fils Philippe Maguilen Senghor disparu tragiquement dans un accident de la route, tout en soulignant la nécessité de préserver l’héritage de l’illustre disparu, s’est aussi démarqué de l’initiative sur les ondes de Rfi. Pis, la décision de Wade de retirer de la prestigieuse bibliothèque des Dents de la Mer deux livres que lui aurait prétendument empruntés Senghor lui a valu une tribune au vitriol de la part de Théodore Monteil : « Venir chez Senghor, dix ans après sa mort, y trouver des livres et s’en emparer, au-delà du manque de décence, est une profanation de sa mémoire et un viol de l’institution qu’il symbolise. Par ailleurs, Il ne me semble pas que les restitutions et le payement des dettes s’opèrent ainsi selon les enseignements de l’Islam. Venir devant les caméras de télévision, dans la maison d’un défunt, en l’absence de ses héritiers et dire : « voilà ces livres étaient à moi. Je les reprends » n’est pas digne d’un homme de 86 ans élevé dans les préceptes de l’islam. »

Déjà à l’époque, la décision du président Wade de racheter au nom de l’Etat du Sénégal pour un montant de 750 millions de francs CFA (plus d’un million d’euros) les « Dents de la Mer », situés dans le quartier résidentiel de Fann avait suscité beaucoup de polémiques. La Fondation Léopold Sédar Senghor, créée en 1974 et dirigée par Basile Senghor, neveu du défunt poète, s’est dite indignée et surprise par cette annonce de la vente de la résidence.  Elle a adressé une correspondance au président Wade pour lui demander des explications qui sont  restées sans suite.

Chausser les bottes de Senghor

Dès sa prise de fonction, Abdoulaye Wade s’est évertué  à chausser les bottes de Senghor, en dépit du fait  que beaucoup de ses compatriotes pensent qu’elles sont manifestement trop grandes pour lui. Ainsi, à la disparition du chantre de la négritude en décembre 2001 Wade, surfant sur l’émotion populaire qui avait gagné tout le Sénégal, n’avait ménagé aucun effort pour organiser des funérailles grandioses au premier président du pays. Dans un discours élogieux, il s’était fait passer pour le digne successeur du disparu, reléguant le président Diouf, qui avait succédé Senghor au pouvoir, au rang de simple parenthèse.

Mais Wade ne s’en était pas arrêté là. Senghor ayant organisé le  premier Festival mondial des arts nègres qui avait marqué les esprits en 1966, Wade a lui aussi tenu à avoir « son » Fesman. Un grand raout, co-organisé en 2010 dans des conditions nébuleuses par sa fille Sindiély Wade, que les plus réputées des sommités intellectuelles du continent avait pourtant boycotté car l’évènement était fortement décrié par une bonne partie de l’opinion publique qui dénonçait  un « gaspillage » dans un pays pauvre très endetté.

Comme Senghor est l’auteur de l’hymne national du Sénégal, Abdoulaye Wade a aussi composé son hymne destiné aux Africains. Une trouvaille qui est cependant loin de connaître le même succès que celui de Senghor, en dépit d’un matraquage médiatique incessant.

« Trivial pursuit » intellectuel

Hanté par la haute figure de Senghor, Wade a donc entamé avec lui une sorte de « trivial pursuit »  intellectuel pour la postérité. Mais « Sengh », comme ses compatriotes surnommaient affectueusement  leur ancien chef de l’Etat, semble avoir pris une sérieuse avance dans ce domaine. Elève surdoué durant tout son cursus, latiniste de choc et helléniste  flamboyant, Senghor, auteur d’une œuvre littéraire considérable  et membre de la prestigieuse Académie française, a fasciné des générations de lycéens par ses poèmes de  haute facture. 

En comparaison, l’œuvre de Wade  la plus connue, en dépit de sa prétention à se considérer comme étant « l’Africain le plus diplômé du Cap au Caire »(sic), se résume à un livre -« Un Destin pour l’Afrique »- qui n’a pas franchement captivé l’humanité par sa densité. Mais Wade pourra peut-être un jour rattraper Leo-le-poète dans sa curieuse course aux honneurs quand il décrochera le prix Nobel, son autre obsession. Il n’est quand même pas interdit de rêver.

Barka Ba

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Little Sénégal, la communauté qui fait bouger Harlem

Le Sénégal va-t-il s'embraser?

Les transferts d'argent, une solidarité africaine

Du Sénégal à la France, il n' y a qu'un pas

 Le Sénégal est-il prêt à faire sa révolution?

Au Sénégal, «Y'en a marre»

Maïmouna Gueye ou l'art d'être insoumise

Barka Ba

Journaliste sénégalais, ancien directeur de la rédaction de l'Observateur, le plus lu des quotidiens dakarois. Dernier ouvrage publié: «Une pirogue pour Barça».

Ses derniers articles: L'appel à la résistance de Kagamé  La menace de l'Africanistan  «Ségo n’a qu’à revenir chez elle!» 

Abdou Diouf

Francophonie

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Sénégal

Où sont passées les grandes oreilles?

Où sont passées les grandes oreilles?

politique

Le Mali a vraiment perdu la tête

Le Mali a vraiment perdu la tête

Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Leopold Sédar Senghor

Retour aux sources

Les poèmes de Léopold Senghor peuvent enfin être déclamés dans sa langue natale

Les poèmes de Léopold Senghor peuvent enfin être déclamés dans sa langue natale

Francophonie

Il faut réinventer la Francophonie

Il faut réinventer la Francophonie

Rivalités

Abidjan ou Dakar, pour qui votre cœur chavire?

Abidjan ou Dakar, pour qui votre cœur chavire?